22.000 euros d'indemnités pour une employée atteinte du cancer, licenciée

Le tribunal du travail de Gand a condamné une entreprise à verser 22.000 euros d'indemnités à une employée atteinte d'un cancer qui avait été licenciée, rapporte la VRT mercredi. La plaignante était soutenue par Unia, le Centre interfédéral pour l'égalité des chances.

"Tout le monde sait que les discriminations sur base du sexe, de la race ou de l'âge sont interdites et punissables par la loi", explique la co-directrice d'Unia, Els Keytsman.

"Mais ce que les gens ignorent souvent, c'est que l'état de santé est également un critère de discrimination protégé par la législation. Personne ne peut être licencié pour cause de maladie", poursuit-elle.

Els Keytsman parle "d'une histoire incroyable et violente" car un cancer cela peut arriver à tout le monde". Non seulement on vous annonce que vous êtes atteinte d'un cancer et que vous devez engager toute votre énergie pour guérir mais à cela s'ajoute le fait que votre employeur ne veut plus de vous."

L'histoire de cette employée est particulière aussi parce que durant son congé maladie  elle est tombée enceinte. Après son congé de maternité, elle a reçu son C4 de son employeur. Dans la lettre de licenciement adressée à la plaignante, l'employeur avait fait valoir qu'une absence de longue durée mettait la "continuité du service" en péril.