Maggie De Block étend le remboursement de l'immunothérapie

A partir du 1er janvier, l’immunothérapie pour traiter des cancers sera plus rapidement remboursée. La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open VLD) l’a annoncé mercredi. En ce moment, ce traitement permet d'atteindre 500 patients dans notre pays ayant un mélanome ou un cancer de la peau. La ministre espère que dans les trois années à venir, nous pourrons aider 10.000 patients supplémentaires.

L'immunothérapie est un traitement qui vise à "mobiliser" les défenses immunitaires du patient contre sa maladie. L’immunothérapie prend petit à petit sa place dans le traitement de certains cancers, aux côtés de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie.

Cette thérapie est actuellement dispensée uniquement aux malades du mélanome, et sera désormais offerte aux patients atteints de cancer du poumon, du cancer des cellules rénales et du lymphome de Hodgkin, une forme de leucémie. Mais cette liste n'est pas limitative.
 

"Proposer cette thérapie un an plus tôt que prévu"

La ministre fait sauter le verrou de la commission de remboursement de l'Inami, qui met en moyenne un an à se décider en statuant sur "l'état de l'art" de la médecine dans un domaine particulier, explique le quotidien.

Maggie De Block explique avoir "décidé que, dans ce domaine, il fallait un itinéraire différent que le chemin classique. Si ces thérapies sont reconnues efficaces au niveau européen, le médicament doit être disponible un an plus tôt que la normale, immédiatement après l'enregistrement auprès de l'Agence européenne des médicaments".
 

Qu'est-ce que l'immunothérapie ?

L'immunothérapie consiste dans un premier temps à produire des cellules en laboratoire, appelées des "anticorps monoclonaux humains". Ces anticorps se lient aux cellules cancéreuses dans le corps du patient et permettent ainsi au système immunitaire de détecter ces cellules cancéreuses qui initialement étaient invisibles. Ensuite, le système immunitaire se met en route et attaque les anticorps et, par conséquent, aussi les cellules cancéreuses.
L'immunothérapie est administrée par voie intraveineuse. Ce traitement est souvent plus efficace que la chimiothérapie classique. Le grand avantage pour le patient, c'est que sa qualité de vie s'améliore sensiblement. En effet, l'immunothérapie a moins d'effets secondaires que la chimiothérapie.

En Belgique, il existe actuellement deux traitements d'immunothérapie sur le marché. Ces traitements ne sont appliqués que pour les patients atteints d'un cancer de la peau, alors que ces thérapies sont également efficaces contre d'autres types de cancers.
À partir du 1er janvier 2017, l'une des deux thérapies précitées, à savoir le traitement par anticorps monoclonaux humains, nivolumab, sera également remboursé en cas de cancer du poumon, des cellules rénales et de lymphome hodgkinien.

D'autres thérapies pourront suivre ce même trajet de remboursement ultérieurement.

Le financement de ce remboursement accéléré est réalisable grâce aux mesures prises dans le cadre du Pacte d'avenir ainsi qu' aux accords relatifs aux prix conclus avec les entreprises concernées.