Le Comité P, le Comité R et la Commission vie privée, virtuellement en faillite

De nombreuses institutions qui ont droit à une dotation des pouvoirs publics, comme le Comité P, le Comité R et la Commission vie privée seront confrontées à un lourd déficit en 2018. "Cela ne peut plus continuer comme ça" a déclaré le Président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA) à la VRT.

"Pour 2017 nous sommes sauvés budgétairement, mais nous devons examiner où nous pourrons augmenter l’efficacité".

Siegfried Bracke est président de la Commission de la Comptabilité, qui se penche sur les budgets des institutions qui reçoivent des dotations comme le Comité P et le Comité R qui sont responsables respectivement de la police et des services de renseignement.

Selon les derniers résultats chiffrés, une grande partie de ces institutions seront virtuellement en faillite en 2018.

"C’est la raison pour laquelle, depuis le mois de mars, nous examinons comment augmenter l’efficacité de ces institutions. Actuellement chacune de ces institutions possède par exemple son propre service de traduction, mais depuis qu’elles sont rassemblées physiquement dans le même bâtiment nous pourrions réunir ces services".

Une fusion, envisageable ?

Une autre possibilité serait la fusion entre le Comité P et le Comité R. Le Comité permanent de contrôle des services de police, en abrégé le Comité P, été créé en 1991, afin de doter le Parlement fédéral d'un organe de contrôle externe sur la police.

De son côté, le Comité R supervise tous les services de renseignements comme la sûreté de l'Etat et son homologue militaire, le SGRS.

"Depuis les attentats ces services collaborent de plus en plus souvent, il y a donc des possibilités" estime Siegfried Bracke.

Le Président de la Chambre a en tous cas l’espoir qu’une solution est possible. "Un contrôle efficace des services est essentiel en démocratie », conclu-t-il. "Je dois donc espérer que nous pourrons éliminer ce déficit."

Pour le Comité P, les dotations prévues pour 2017 suffisent pour exécuter ses missions

Le Comité P, qui doit contrôler les services de police, confirme que les dotations prévues et inscrites pour l'an 2017 suffisent pour exécuter ses missions principales, indique-t-il jeudi dans un communiqué.
Le Comité permanent P (CPP) réagit ainsi aux déclarations du président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA).

"Le CPP a compris qu'il y a des garanties et qu'il pourra à l'avenir continuer à remplir sans cesse ses missions principales. Il est convaincu qu'il pourra à l'avenir réaliser des synergies avec d'autres institutions à dotation de la Chambre, sans pour autant perdre de vue le caractère propre de l'institution", ajoute-t-il, indiquant faire "face à l'avenir avec confiance."