Un Belge parmi les victimes de l'attaque nocturne à Istanbul

Le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders a confirmé ce dimanche matin qu’un Belge possédant aussi la nationalité turque figure au nombre des victimes de l’attaque perpétrée dans la nuit de la Saint-Sylvestre dans une discothèque d’Istanbul qui a fait au moins 39 morts. Il s’agit d’un homme de 23 ans originaire de Genk, dans le Limbourg. Un autre Limbourgeois, qui se trouvait sur les lieux, a témoigné à la VRT.

L'attaque a apparemment été perpétrée par un homme déguisé en Père Noël dans une célèbre discothèque d'Istanbul installée sur la rive du Bosphore, où plusieurs centaines de personnes fêtaient le réveillon du Nouvel An, dans la nuit de samedi à dimanche. Au moins 39 personnes, dont 15 ressortissants étrangers, ont été tuées et 65 blessées dans cet attentat qui n'a pas encore été revendiqué.

Le tireur fou, qui a d’abord abattu un agent de police et un civil à la porte de la discothèque, a ensuite continué à tirer sur les personnes présentes dans le club. Il a ensuite pu prendre la fuite.

Les Affaires Etrangères belges fournissent une assistance consulaire via le consulat-général à Istanbul et l'ambassade, située, elle, à Ankara. La situation est suivie de près, assure-t-on.

"Nous craignons malheureusement le décès d'au moins un compatriote dans l'attentat à Istanbul. Mes pensées vont à sa famille et ses proches", indiquait ce dimanche matin le ministre Didier Reynders (MR) sur le réseau social Twitter.

Selon les informations de la VRT, la victime serait âgée de 23 ans et originaire de Genk, dans le Limbourg.

"J’ai vu un homme tirer sur les gens avec une arme lourde"

Fatih Kir, un jeune Limbourgeois qui se trouvait dans la discothèque Reina à Istanbul au moment de l’attaque, a décrit à la VRT ce qu’il a vu. Avec deux amis de Belgique, il s’était rendu dans ce club exclusif, pour y fêter le passage à l’An neuf.

"Un quart d’heure après que nous soyons arrivés, nous avons entendu des hommes tirer". Il n’est pas encore clair s’il s’agissait d’un ou de plusieurs tireur(s). Fatih Kir n’en a vu qu’un. "Quand je me suis retourné, j’ai vu un homme avec une arme lourde qui abattait tout le monde. J’ai pris la fuite".

"Il régnait une grande panique. Tout le monde tentait de prendre la fuite. J’ai vu plusieurs personnes qui avaient été abattues, mais je n’ai pas pu leur prêter attention car c’était une véritable catastrophe. Nous ne pensions qu’à partir".

Alors qu’il sautait d’une terrasse avec ses deux amis, Fatih a suivi quelques agents de sécurité, espérant qu’ils le mèneraient à une sortie. Mais il n’y avait pas de sortie. Avec un groupe d’environ 25 personnes, ils se sont alors cachés et ont attendu que la police vienne les libérer de leur cachette une demi-heure plus tard.

Les deux amis de Fatih Kir ont été légèrement blessés lors de leur saut de la terrasse, "mais pour le reste nous sommes sains et saufs" concluait le jeune témoin limbourgeois.