Enquête internationale sur les querelles belges en Antarctique

Une "mission d'inspection" internationale va être mise sur pied au sujet de l’ingénieur civil Alain Hubert (photo) et de l'activité belge au pôle Sud, objet d'un conflit entre l'explorateur polaire et les autorités fédérales depuis de longs mois. Ce sont les pays de la Réunion consultative du Traité sur l'Antarctique qui l'ont expressément demandé, écrivent les quotidiens flamands Het Nieuwsblad et De Standaard ce jeudi. L’information a été confirmée à la VRT. Il n’y aura d’ailleurs pas de mission scientifique belge cette année en Antarctique.

Le Bruxellois Alain Hubert, qui a été écarté de la gestion de la station polaire Princesse Elisabeth (photo) en Antarctique, est en conflit avec l'Etat belge, qui l'accuse notamment d'avoir illégalement emporté du matériel de la station. Hubert lui-même reproche aux autorités d'avoir unilatéralement mis fin au contrat qui les liait et de s'approprier des équipements de sa Fondation polaire internationale.

Le conflit, ainsi que les rumeurs selon lesquelles l'explorateur organiserait des voyages vers l'Antarctique, inquiètent la communauté internationale, et notamment les pays de la Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique. Une équipe d'inspection dirigée par la Norvège doit désormais éclaircir la situation, avec la collaboration des autorités belges.

D’après le cabinet de la Secrétaire d’Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs (N-VA), une commission d’enquête est déjà réclamée depuis quelques temps. Elle-même estime que c’est une bonne initiative, et veut y apporter sa collaboration. "La virginité de l’Antarctique doit être préservée, tout comme la recherche scientifique. Il faut donc être très prudent avec des activités touristiques".

INTERNATIONAL POLAR FOUNDATION/PHOTO R. ROBERT

Pas de mission belge en Antarctique en 2017

D’après le cabinet d’Elke Sleurs, la mission d’inspection devrait pouvoir débuter son enquête très rapidement. "Les possibilités de voyager en Antarctique sont limitées, environ jusqu’en février. L’hiver antarctique débute ensuite et le transport devient plus difficile".

Pour la première fois depuis des années, il n’y aura pas de mission scientifique belge en Antarctique cette année. "Cela a été rendu impossible par Alain Hubert et la Fondation polaire internationale. Entretemps, le gouvernement cherche comment sortir de cette impasse". L’explorateur polaire se trouverait actuellement à la station polaire.