Jambon veut étendre aux gares le système de sécurité de Zaventem

Le ministre de l’Intérieur (photo) a l’intention d’étendre le système de sécurité mis en place à Brussels Airport aux grandes gares ferroviaires et aux endroits où un grand nombre de personnes se rassemblent. "Nous sommes en train de déployer une nouvelle culture adulte de sécurité", indique le cabinet du ministre Jan Jambon (N-VA).

Les tentes installées aux entrées de l'aéroport national (photo) à la suite de l'attentat du 22 mars ont cédé la place à l’automne à des caméras ANPR, qui permettent la détection des plaques d'immatriculation, à des caméras intelligentes, permettant la détection de visages, et à une approche behavioriste, concentrée sur le comportement des visiteurs et passagers.

Le nouveau système porte ses fruits, selon le porte-parole du ministre de l’Intérieur. Le nouveau chef de la police aéronautique à Zaventem, Jo Decuyper, a indiqué à la mi-décembre qu'en moins d'un mois, trente personnes présentant un lien avec le terrorisme ou impliquant plus généralement la sécurité de l'Etat, ont ainsi été repérées grâce aux "BDO" (Behavior Detection Officers).

"Zaventem est un banc d’essai, mais c’est la philosophie que nous voulons étendre à terme à tous les endroits où se rassemblent beaucoup de gens", précisait Olivier Van Raemdonck, porte-parole de Jan Jambon. Il n’y a pas encore de timing pour la mise en place du système de sécurité dans les grandes gares. Mais d’après Van Raemdonck, le système est évalué en permanence.

La question de la sécurité des grandes gares ferroviaires est revenue sur le devant de la scène jeudi, depuis la découverte du parcours accompli par l'homme soupçonné d'être l'auteur de l'attentat de Berlin, Anis Amri. Il serait en effet passé pendant deux heures par la gare du Nord à Bruxelles, sans être repéré par les systèmes actuels de surveillance.

"Un système parfait n’existe pas. Mais nous sommes en train de mettre en place une nouvelle culture de sécurité, adulte. Plus elle sera performante, plus nous aurons des chances de détecter des personnes qui ont de mauvaises intentions", précisait le porte-parole de Jan Jambon.

La Belgique se concerte notamment avec le secteur et les pays voisins sur l’accès éventuel des services de sécurité aux listes de passagers de trains et bus internationaux. Il a aussi déjà été décidé d’installer des portillons de sécurité et d’engager davantage d’agents Securail pour les gares de Bruxelles-Midi, Liège-Guillemins et Anvers-Central.