Abou Jahjah estime que l’attentat de Jérusalem est un "acte légitime"

"Libérez la Palestine par tous les moyens nécessaires," tel est le message publié par Dyab Abou Jahjah dimanche sur sa page Facebook, après l’attentat au camion bélier contre un groupe de soldats israéliens à Jérusalem. Selon le militant belge d’origine libanaise, il ne s’agit pas d’un acte terroriste mais d’une réaction légitime à l’occupation israélienne. e quotidien flamand De Standaard a décidé de mettre fin à sa collaboration avec Abou Jahjah.

Un attentat au camion bélier a fait quatre morts et dix-sept blessés dont trois dans un état critique, dimanche après-midi à Jérusalem. Les victimes sont des militaires israéliens qui sortaient de leur bus lorsque le camion a foncé dans la foule. L’auteur de l’attentat, un Palestinien, a été abattu.

Peu après cet attentat un message en anglais a été publié sur la page Facebook d’Abou Jahjah : "By any means necessary! #FreePalestine". Un message qui semble indiquer que le columniste approuve l’attentat contre les militaires israéliens.

Quelques heures après ce message Abou Jajah publie quelques explications : "Indépendamment de son passé idéologique ou de son appartenance à une organisation, chaque citoyen palestinien - comme tous les citoyens du monde – a le droit de résister à l'occupation, ce droit est d’ailleurs garanti par le droit international", affirme encore Dyab Abou Jahjah .

Selon lui, il ne s’agit donc pas d’un attentat mais d’une "attaque légitime contre une armée d’occupation".

Cela dit Abou Jajah ne se réjouit pas de la mort de soldats. "Je ne me serais même pas réjoui de la mort de soldats nazis dans les années ’40. Mais la violence comme légitime défense est parfois inévitable."

De Standaard met fin à sa collaboration avec Abou Jahjah

Le quotidien prend de cette manière ses distances avec les déclarations d’Abou Jahjah sur Facebook qui a légitimé l’attentat de Jérusalem.

"Par de telles déclarations Abou Jahjah va au-delà des limites du débat public que le journal veut mener dans ses propres colonnes" écrit le quotidien. Abou Jahjah publiait depuis trois ans un billet dans De Standaard.

"Tout débat à ses limites et en ce qui nous concerne cette limite c’est le soutien à la violence sans discernement", a déclaré Charles Verhoeven, rédacteur en chef du Standaard.

Francken : "Il est malade"

Après sa publication sur Facebook, Abou Jahjah a reçu de nombreuses réactions négatives notamment de la part du secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken.

Ce dernier a estimé sur Twitter qu’Abou Jahjah était "malade".

Theo Francken interprète son message comme un choix en faveur "du califat contre Israël" et comme une manière de glorifier la terreur de l’Etat islamique. Si c’est contre Israël alors tout est bon" ajoute Theo Francken.

Le secrétaire d’Etat N-VA publie aussi quelques profils de personnes ayant "liké" la publication d’Abou Jahjah notamment certains hommes politiques du PVDA –PTB que Francken qualifie de "nuls d’extrême gauche".

De son côté Abou Jahjah qualifie la réaction de Francken d’"hystérique".

L'attentat de Jérusalem a été attribué à un sympathisant de l'organisation Etat islamique par le Premier ministre israélien. Et comme Benyamin Netanyahu, la plupart des responsables politiques israéliens ont placé cet attentat dans un contexte mondial plutôt qu'israélo-palestinien.