On a frôlé une catastrophe aérienne le 1er janvier au-dessus de Gand

Une collision entre deux avions a été évitée de justesse, le 1er janvier dernier au-dessus de la région gantoise. La distance entre les deux appareils n'était plus que de 90 mètres verticalement et de 1.370 mètres horizontalement lorsqu'ils se sont croisés. L’avion de l’Egyptair a ignoré par trois fois les instructions de Belgocontrol.

L' Air Accident Investigation Unit (AAIU) qui dépend du service fédéral de Mobilité, a ouvert une enquête après un grave incident qui s’est produit le 1er jour de l’an au-dessus de Gand. Un avion-cargo égyptien, un airbus A300 qui avait décollé depuis l’aéroport d’Ostende est presque entré en collision avec un avion de ligne de la compagnie Air France, un Airbus A320 qui assurait la liaison entre Paris et Amsterdam.

L’avion français se trouvait alors à 22.000 pieds, soit 6.000 mètres de haut et entamait sa descente lorsqu’il a presqu’heurté l’avion-cargo égyptien qui lui se trouvait à 21.000 pieds et était en phase ascendante.

Selon les premiers résultats de l’enquête, l’avion d’Egyptair aurait trois fois ignoré les instructions que lui donnaient les contrôleurs aériens d’adapter sa hauteur et d’arrêter de grimper. Lorsque les deux avions ont été dangereusement proches, le système d'alerte TCAS s'est déclenché. Ce système enclenche un signal d’alarme dans le poste de pilotage pour prévenir l'équipage d'un danger imminent. Mais même après ce signal l’appareil égyptien a continué à ignorer les instructions des contrôleurs aériens

Selon un rapport provisoire la distance entre les deux avions n’étaient plus que de 300 pieds ou 90 mètres verticalement et de 0,74 miles nautiques ou 1,370 mètres horizontalement. Dans le rapport provisoire, il est question d’un « incident sérieux ». Un rapport final va à présent être élaboré en collaboration avec les services de sécurité et ensuite soumis à la Direction générale de l'aviation civile et d'autres autorités compétentes.
 

Belgocontrol a immédiatement signalé l'incident à l’AAIU. "Une enquête est nécessaire pour déterminer ce qui est arrivé", a déclaré Dominique Dehaene de Belgocontrol.

"Il semble que l'un des avions ait poursuivi sa montée trop rapidement, en dépit des instructions de notre personnel, ce qui a fait en sorte que les deux avions se sont rapprochés dangereusement. Les premiers résultats montrent que notre personnel a agi correctement."

Belgocontrol est une entreprise publique autonome dont la mission est d'assurer la sécurité du trafic aérien dans l'espace aérien dont la Belgique est responsable.