Le premier ministre recevra les victimes des attentats de Bruxelles

Charles Michel (MR), recevra rapidement une délégation des victimes des attentats du 22 mars en compagnie des ministres de la Justice et de la Santé. Le premier ministre l'a annoncé jeudi à la suite de la séance de la commission d'enquête parlementaire de mercredi. Plusieurs victimes ou proches de victimes des attentats du 22 mars ont exprimé mercredi leur profond désarroi devant la façon dont les autorités belges leur fournissaient de l'aide. Elles se sont dites abandonnées à leur sort face aux démarches qu'elles doivent entreprendre.

"Nous sommes conscients que tout ne s'est pas passé de manière parfaite. Nous nous sommes trouvés après les attentats dans une situation inédite et nous devons naturellement en tirer les leçons", a-t-on expliqué au cabinet du premier ministre.

Charles Michel souhaite entendre toutes les remarques et suggestions d'amélioration.

Le cabinet du premier ministre n'a pas souhaité donner de commentaire sur le cas d'un citoyen français qui dit n'avoir reçu une réponse de Charles Michel que deux mois après l'envoi de son courrier, alors que le surlendemain, il recevait une réponse du président de la république française.

"Mais le premier ministre a pris à nouveau contact avec les victimes après les vacances de Noël pour leur rappeler les décisions du gouvernement fédéral et le fait que le point de contact était toujours opérationnel", a-t-on ajouté.

Le point de contact a reçu 700 coups de téléphone et 1.500 courriels.
Le Fonds d'aide aux victimes a déjà alloué 1 million d'euros pour quelque 150 dossiers. Les interventions vont de 15.000 à 30.000 euros.