"Le ministre de l’Intérieur à soustrait des informations importantes sur l’audit"

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) n’aurait pas divulgué d’importantes informations sur les pratiques abusives de certains policiers chargés du rapatriement des sans-papiers. La députée Nahima Lanjri (CD&V) affirme avoir demandé de pouvoir avoir accès à ce rapport en décembre mais n’a obtenu qu’une réponse sélective de la part de Jan Jambon, la semaine dernière. Depuis l’information est sortie dans les médias.

Lundi soir la chaîne privée flamande VTM a révélé, sur base d'un rapport d’audit, qu’une certaine culture du profit personnel régnait au sein du service de police en charge du rapatriement des sans-papiers. "J’en suis tombée de ma chaise" a déclaré la députée Nahima Lanjri dans l’émission matinale de la VRT, "De ochtend". Nahima Lanjiri est députée CD&V, son parti est dans la coalition au pouvoir au gouvernement fédéral.

"Je savais que ce rapport existait, mais on ne pouvait pas y avoir accès. En décembre, déjà, j’ai posé une question au ministre sur ce rapport, mais sans résultats. J’ai encore insisté et mercredi dernier je lui ai redemandé si on pouvait avoir accès à ce dossier et ce qu’il contenait".

"Mais le ministre Jan Jambon ne voulait apparemment pas communiquer ce rapport" ajoute Nahima Lanjri. "En outre, je l’avais interrogé sur les conclusions du rapport, mais le ministre n’a jamais fait mention de ce qui a été révélé hier sur les pratiques abusives".

Selon la député CD&V, c’est la fonction de contrôle du parlement qui est ici remise en cause. Les parlementaires doivent pouvoir vérifier si tout fonctionne correctement et c’est la raison pour laquelle nous commandons ce genre de rapport d’audit. "Le fait que le ministre disposait de ce rapport mais n’en a divulgué que certaines parties me dérange, pour le dire gentiment" ajoute la députée démocrate chrétienne.