Paul De Grauwe : "Trump est un fou incontrôlable"

Le professeur belge d'économie Paul De Grauwe n'attache pas trop d'importance aux déclarations pessimistes de Ted Malloch sur l'euro. L'homme pressenti pour devenir le prochain ambassadeur américain auprès de l'UE, estime que la monnaie unique européenne pourrait s'écrouler dans les dix-huit prochains mois. De son côté, Paul De Grauwe, qui est professeur à la London School of Economics, estime que c’est surtout Trump lui-même qui constitue une menace pour l'euro et l'économie mondiale.

Ted Malloch est professeur à la Henley Business School au Royaume-Uni. Il n’a pas encore été nommé, mais il est pressenti pour être l'homme qui représentera le gouvernement de Donald Trump auprès des institutions européennes. Ses déclarations font écho à l'interview dans laquelle Donald Trump prédisait que d'autres Etats membres de l'UE suivraient l'exemple britannique après le Brexit.

Le professeur Paul De Grauwe n’attache pas beaucoup d’importance aux paroles de Ted Malloch. Cela ne signifie pas qu'il n’est pas sceptique quant à la survie de l’euro. "J’ai toujours dit que la zone euro était fragile" a-t-il déclaré à la VRT. Pour le professeur d'économie, l’euro ne va pas s’écrouler toute de suite "mais cela peut évidemment toujours arriver".

"La plus grande menace immédiate pour l'euro et l'économie mondiale, c’est Trump lui-même et ses petits copains" estime l'économiste belge.

"Trump a annoncé que les États-Unis allaient suivre une politique protectionniste et il remet en cause les accords commerciaux existants". Paul De Grauwe va jusqu'à qualifier le nouveau président des Etats-Unis de "fou incontrôlable".

"Trump ferait mieux de se comporter de façon plus responsable, parce qu'il risque de déstabiliser l'économie mondiale," ajoute De Grauwe.

ImageGlobe

Guerre commerciale

Concrètement Paul De Grauwe redoute que Trump ne déclenche une guerre commerciale. "La première étape a déjà été franchie lorsque Trump, au premier jour de son mandat, a signé le retrait des États-Unis du projet d'accord régional transpacifique (TPP), un accord commercial entre les Etats-Unis et douze pays asiatiques".

Paul De Grauwe voit de gros nuages noirs s’amonceler au-dessus de l’économie mondiale et de la zone euro.

Mais lorsque Ted Malloch spécule sur la fin de l'euro "ce sont des propos alarmistes visant à semer la panique" estime l'économiste belge. "Avant la création de l’euro, les Américains avaient déjà déclaré que c’était un projet impossible et à présent ils annoncent qu’il va s’écrouler".

De Grauwe constate que l’euro est toujours bien là, même s’il reconnait que les pays de la zone euro sont toujours confrontés à des problèmes structurels. "Si nous voulons conserver la zone euro, il faudra accorder nos politiques budgétaires, mais cela je le dis depuis 10 ans" conclu De Grauwe.