Trois nouveaux "most wanted" de Belgique

La police fédérale a ajouté trois hommes à la liste en ligne des criminels les plus recherchés en Belgique. Il s’agit de deux Marocains, qui sont recherchés pour viols et torture, et d’un nain qui est impliqué dans un homejacking violent.

"Belgium’s most wanted", le site internet reprenant les 20 criminels les plus recherchés de Belgique a été lancé le 4 novembre dernier. La police fédérale publie les photos et des détails concernant ces suspects, dans l’espoir que des citoyens pourront donner des tuyaux ou des informations qui permettront d’arrêter ces dangereux individus en cavale.

Et cela marche : ces derniers mois, la police a pu enlever trois criminels de la liste. Quelques heures seulement après la publication de cette liste’, un trafiquant de drogues a pu être arrêté à la suite d’une information communiquée. Et quelques semaines plus tard, un homme violent a pu être interpellé aux Pays-Bas.

Entretemps, un Algérien en fuite a pu être arrêté en Espagne. Il était impliqué dans un trafic d’êtres humains. Les trois places qui se sont libérées sur la liste de la police fédérale viennent d’être remplies par trois nouveaux criminels activement recherchés par la police fédérale. Il s’agit d’Aza Petrovic, Othmane Galouby et Ali Bounou.

Depuis sa création, l’interface a attiré pas moins de 150.000 visiteurs uniques. Au total, mostwanted.federalpolice.be comptabilise 1,11 million de pages vues. En novembre, le site a atteint des pics de 47 visiteurs par jour les premières heures de son lancement et jusqu’à 24.000 visiteurs uniques rien qu’en une journée, le 24 novembre dernier par exemple.

Quelque 82 % des internautes qui consultent cette plate-forme, le font depuis la Belgique, 4,2 % depuis les Pays-Bas, 3,8 % du Luxembourg et 3,3 % depuis la France.

Aza Petrovic, le nain

Surnommé "le nain" en raison de sa petite taille, Petrovic est originaire d’ex-Yougoslavie et est recherché pour vols avec violence et enlèvement. Il a été condamné le 10 octobre 2016 à une peine d’emprisonnement de six ans par le tribunal correctionnel du Hainaut pour un home invasion particulièrement violent.

La nuit du 11 juin 2014, avec quatre complices, il avait séquestré un couple dans une habitation de La Louvière. Les victimes avaient notamment été bâillonnées. Elles s’en sont sorties avec un handicap physique à vie suite aux blessures infligées. Le nain et ses complices en voulaient à leur argent, leurs bijoux et leur voiture. Aza Petrovic avait notamment été chargé de faire du repérage dans le quartier avant le passage à l’acte.

Othmane Galouby, l’exorciste qui torture

Se présentant comme un exorciste islamique, il avait prétendu vouloir chasser les mauvais esprits du corps de Layla A., une Anversoise de 18 ans. Une séance longue de trois jours qui aura coûté la vie à la jeune femme.

Après avoir lu le Coran en bénissant et en aspergeant la nourriture de la victime d’eau bénite, le soi-disant exorciste lui a massé le corps d’huile d’olive, avant de lui verser un seau d’eau bouillante sur la tête et de l’acide sur les genoux et le ventre. Une substance qui, même après le décès de la pauvre jeune fille, est restée active dans son corps, comme le précise la police fédérale dans l’avis de recherche consacré à l’exorciste condamné le 25 mars 2016 à 10 ans d’emprisonnement par la cour d’appel d’Anvers pour ce qui a été qualifié de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort.

Ali Bounou, violeur en fuite

Condamné à 10 ans de prison par le tribunal de première instance de Bruxelles, l’homme âgé aujourd’hui de 28 ans, avait violé une jeune femme dans la nuit du 28 au 29 mai 2009. Avec trois complices, Ali Bounou enlevait la victime en pleine rue avant de la séquestrer dans un appartement près de la gare du Midi pour lui faire subir l’horreur.

Douze jours plus tard, Ali Bounou sévira à nouveau, emmenant deux touristes américaines dans un appartement où il les violera à plusieurs reprises, lui et un complice.

Un tuyau?

Si vous avez vu ces hommes ou que vous disposez d’informations à leur sujet, la police vous demande de l’aider en vous manifestant au plus vite.

De Belgique, vous pouvez appeler le numéro gratuit 0800 30 300 ou envoyer un e-amil à l'adresse: djo.perm@police.belgium.eu.

Si vous appelez de l'étranger, composez le +32 2 554 44 88.