Le mouvement d’extrême droite "Génération identitaire" gagne du terrain en Europe

Le Mouvement identitaire se considère comme un mouvement de jeunesse issu de la faillite totale de la société multiculturelle en Europe. Ce mouvement s’est surtout développé en France, en Allemagne et en Autriche. Le magazine de la VRT Terzake de ce lundi a été à la rencontre de ces militants au café identitaire "La Citadelle" à Lille, dans le nord de la France.

"Génération identitaire est un mouvement de jeunesse qui regroupe des garçons et des filles entre 15 et 25 ans. Ces jeunes gens luttent pour la défense de leur culture et contre l’islamisation en Europe", a expliqué à la VRT Aurélien Verhassel, le responsable de ce mouvement politique pour la section Flandre-Artois-Hainaut.

L’équipe de la VRT a aussi rencontré le politologue Jean-Yves Camus qui étudie depuis longtemps ce mouvement. "C’est une génération de jeunes gens qui très tôt, ont ressenti une certaine forme d’injustice et de discrimination par le fait qu’ils sont blancs, qu’ils sont européens mais alors qu’ils appartiennent à la majorité, se sentent dépossédés de leur culture. Ce ne sont pas que des nationalistes français contrairement au Front National même s’ils ont des idées proches de l’extrême droite".

“On est chez nous” est d’ailleurs l’un des slogans des Identitaires. Des paroles régulièrement reprises par le Front national de Marine Le Pen.

L’année dernière, environ 2.000 jeunes ont participé au camp d’été qui se déroulait dans le sud de la France et parmi eux aussi de jeunes allemands et autrichiens.

Ce mouvement compterait en France environ 3.000 membres selon Génération identitaire, un millier selon Jean-Yves Camus. Mais des sections ont aussi été ouvertes dans d’autres pays européens.

Jean-Yves Camus confirme que ce mouvement essaye d’essaimer en Europe. Il y a eu des tentatives en Espagne, au Portugal, en Italie et en Belgique. De tout cela il ne reste pas grand-chose mais la tendance au renforcement existe en Allemagne et en Autriche où les questions identitaires sont particulièrement à l’ordre du jour avec la question des réfugiés.