Le club de sport plutôt que le théâtre amateur ?

Si l’on en croit une enquête du Service d’études du gouvernement flamand, les citoyens de Flandre sont encore toujours aussi actifs dans la vie associative qu’il y a 20 ans. Ils s’intéressent néanmoins maintenant davantage au sport et à la détente qu’à la culture et des thèmes de société. Et ils consacrent moins de temps à leur famille.
© Image Source, all rights reserved.

Tout comme il y a 20 ans, un tiers des Flamands sont actifs dans la vie associative et font partie d’une association. Un quart d’entre eux sont même membres de deux associations ou plus. On constate néanmoins un changement de taille dans le type d’associations auxquelles adhérent les citoyens.

Ainsi, les associations sportives et de détente sont nettement plus populaires qu’il y a 20 ans. Alors qu’en 1996, les clubs sportifs possédaient plus de 20% des membres d’associations, elles attirent maintenant 30% des membres. Le nombre de membres d’associations récréatives a doublé en 20 ans, passant de 8% à près de 16% de membres. Même tendance au sein des associations locales (de 5 à 10%).

Les mouvements de jeunesse se portent bien également, ayant vu leur pourcentage de membres passer de 3 à 5% en 20 ans.

A l’encontre, les associations culturelles et civiles ont vu leur popularité baisser ces dernières années. Alors qu’en 1996 quelque 17% des membres d’associations s’engageaient dans le domaine socio-culturel, ils ne sont plus que 12% actuellement. Les associations civiles ont vu le nombre de leurs membres passer de 11 à 8%. Les organisations environnementales ont perdu 1% de membres et n’en gardent plus que 1,5%.

Moins de temps pour la famille

Les enquêteurs ont aussi étudié l’évolution des contacts sociaux en Flandre. Il en ressort que les Flamands voient moins souvent leurs amis et leur famille qu’il y a 15 ans. En l’an 2000, environ 22% des Flamands voyaient quotidiennement leurs amis et famille, maintenant il n’y a plus que 18 et 14% qui le font.

Et près de 14% des Flamands voient leurs proches très rarement, voire jamais. Alors que 13% des citoyens ont peu ou pas de contacts avec leurs amis. C’est un peu plus qu’en 2000.

Eric AUDRAS / Onoky / Photononstop

Les Flamands entretiennent par contre des relations plus régulières avec leurs voisins. La plupart d’entre eux parlent plus souvent à leurs voisins qu’à leurs proches, révèle l’enquête. Ainsi, 70% des personnes interrogées déclarent parler au moins une fois par semaine à leurs voisins et 30% disent le faire tous les jours.

Alors que seuls 60% des Flamands parlent une fois par semaine à leurs proches et 14% le font quotidiennement. A noter cependant que le nombre de Flamands qui parlent peu ou jamais à leurs voisins n’a pas vraiment changé en 15 ans.