La Flandre aura des compteurs électriques intelligents dès 2019

Le gouvernement flamand a décidé ce vendredi de généraliser dès 2019 les compteurs électriques intelligents. Ce sont des appareils numériques qui remplaceront les anciens compteurs Ferraris, a précisé le ministre de l’Energie, Bart Tommelein. Des tests sont par ailleurs en cours à Bruxelles, avant un déploiement plus important dès 2018. En Wallonie, on semble également se diriger vers de tels équipements.

Les compteurs au nord du pays seront "simples", du même type que les Ferraris, ce qui permettra de réduire les coûts, a assuré le ministre Bart Tommelein. Selon lui, les actuels compteurs, que l'on retrouve dans toutes les maisons, ne sont plus fabriqués. Et l'installation d'équipements intelligents s'inscrit dans le cadre de l'évolution vers une société plus numérique.

Les nouveaux compteurs n'exigeront plus le passage d'un agent pour relever la consommation et les fraudes seront plus faciles à détecter, a encore dit le ministre libéral.

L'installation s'étalera sur de nombreuses années, en commençant par les nouvelles habitations et les maisons rénovées, ainsi que celles dotées de panneaux photovoltaïques.

A Bruxelles et en Wallonie aussi ?

A Bruxelles, un test pilote d'installation de 5.000 compteurs intelligents est actuellement en cours, indique le cabinet de la ministre locale de l'Energie Céline Frémault (photo). "Ce déploiement sera amené à s'accélérer à partir de 2018, essentiellement lorsqu'il s'agira de remplacement d'anciens compteurs défaillants ou en cas de pose de nouveaux compteurs."

Le gouvernement bruxellois établira dans les mois prochains le cadre légal qui sera appelé à encadrer le déploiement des compteurs électroniques, ainsi que leurs fonctionnalités dans les années qui suivront.

En Wallonie, cela semble également être la voie à prendre en termes de progrès et d'efficacité, laisse entendre le cabinet du ministre Christophe Lacroix. S'il n'y a pas encore eu de discussion à ce sujet au sein de l'exécutif wallon, qui n'a donc pas de position officielle à ce propos actuellement, dans la pratique, les consommateurs et les distributeurs d'électricité font progressivement le choix de tels compteurs, insiste-t-on.

De son côté, Test-Achats craint que ce ne soient les consommateurs qui supportent le coût de ces équipements "alors que ces compteurs servent surtout les intérêts des gestionnaires de réseau". L'implémentation de tels compteurs intelligents ne peut advenir que sur base volontaire et dans un cadre strict, prévient l'organisation de défense des consommateurs.