Le confinement des volailles coûte cher aux producteurs d’œufs

Dès ce vendredi, les œufs de plein air doivent être vendus comme des œufs de poules élevées au sol, qui sont moins chers. C’est une conséquence de l’obligation de confinement des volailles et de la règlementation européenne sur l’étiquetage. Les producteurs d’œufs perdent ainsi environ 2.000 euros par semaine, indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

Pour éviter une propagation de la grippe aviaire, les particuliers doivent confiner leurs volailles depuis ce jeudi midi. Pour les éleveurs professionnels, cette mesure est en vigueur depuis plus longtemps déjà. Et dès ce vendredi, les conséquences s’en font aussi sentir pour les consommateurs.

Etant donné que les poules sont confinées depuis plus de douze semaines, leurs œufs ne peuvent plus porter le label « de plein air ». Ils doivent donc être vendus comme provenant de poules élevées au sol. Ce qui veut dire qu’il y a moins d’œufs fermiers en vente dans les supermarchés.

Cette "dévaluation" a des conséquences financières importantes pour les fermiers. Ils perdent ainsi en moyenne 2.000 euros par semaine.

L’étiquetage des œufs doit se conformer à des règlements européens. La ministre flamande de l’Agriculture, Joke Schauvliege, a réclamé une exception pour cas de force majeure, mais ne l’a pas obtenue.