Le vice-président américain Pence en visite à Bruxelles

Après avoir participé à la Conférence annuelle sur la Sécurité, à Munich en Allemagne, le vice-Président des Etats-Unis est arrivé ce dimanche soir à Bruxelles, où il rencontre notamment le Premier ministre Charles Michel (photo). Lundi, Mike Pence visitera les institutions européennes et le siège de l'Otan dans la capitale belge. La police met en garde contre d’importantes perturbations du trafic, en raison de mesures de sécurité conséquentes.

Mike Pence arrivait à Bruxelles vers 18h ce dimanche, et s'est rendu d’abord au château de Val Duchesse pour y rencontrer le Premier ministre Charles Michel (photo). Les deux hommes y ont donné une très brève conférence de presse vers 18h30 (écoutez-la ci-dessous, en anglais).

Michel et Pence souperons ensuite ensemble. Le Premier ministre a déjà indiqué à nos collègues de la RTBF sur quels sujets ils s’entretiendra avec le vice-président américain. Charles Michel souhaite tout d’abord souligner l’importance de l’amitié qui existe entre les Etats-Unis et la Belgique, avant d’aborder plusieurs thèmes qui inquiètent les états membres de l’Union européenne.

Dans trois domaines, Charles Michel interrogera Mike Pence sur les déclarations et les décisions du président Donald Trump. Le Premier ministre belge veut ainsi déclarer à son interlocuteur que l’Europe et les USA ne peuvent résoudre les problèmes qu’en unissant leurs forces. D’après Charles Michel, Donald Trump a pris certaines positions qui vont à l’encontre du multilatéralisme. Notamment dans le domaine du financement des Nations Unies et de l’Otan.

Dans le domaine économique, l’isolationnisme affiché par l’administration Trump pose problème à la croissance économique mondiale. Les Européens réclament des précisions. Ces derniers partagent avec les Américains une tradition de valeurs, mais Michel veut indiquer à Pence qu’il constate des problèmes aux USA sur le plan de la démocratie, de l’Etat de droit, de la liberté de la presse et de la liberté des cultes. Il se dit inquiet des attaques du nouveau président américain à l’encontre des musulmans.

Charles Michel veut aussi encore indiquer à Mike Pence (photo, àdr.) que, dans le domaine de la politique internationale et plus précisément en rapport avec le Moyen-Orient, il est inquiet que Donald Trump (photo, à g.) parle de déménager l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem et envisage une solution avec un seul état. "Dans ce dossier, on ne joue pas avec des allumettes", déclarait Charles Michel.

Le Premier ministre déclarait encore à la RTBF qu’il ne craint pas de dire la vérité, ni ce qu’il pense réellement, lors de son entrevue avec Mike Pence.

Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Brève conférence de presse à Val Duchesse (en anglais)