On peut reconnaître un burn-out à cinq symptômes

Des chercheurs de la KU Leuven ont établi une nouvelle définition au syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out. Ils ont aussi établi un nouveau questionnaire à l’intention des médecins et des psychologues. Cette définition devrait mettre fin aux approximations dans ce domaine et permettre un diagnostic plus rapide.

Le burn-out avait été remis en cause, il y a un mois, par l’ entrepreneur Roland Duchâtelet. Selon lui, "De nombreuses personnes feraient semblant d’être victimes d'épuisement parce qu’un congé maladie est plus intéressant pour elles qu’une allocation de chômage".

Suite à ces propos, des experts avaient alors reconnu que dans certains cas, en effet, on avait diagnostiqué trop rapidement un burn-out et que le corps médical ne disposait pas toujours des bons outils pour faire un diagnostic correct.

Les chercheurs de la KU Leuven ont donc voulu répondre à ce manque.

Ces chercheurs ont établi une nouvelle définition au syndrome d’épuisement professionnel après avoir consulté quelque 40 experts dans ce domaine. "Au départ, on avait décrit trois symptômes pour le burn-out,  à présent nous l'avons élargi à cinq symptômes principaux et deux symptômes secondaires", a expliqué la chercheuse Steffie Desaert dans l’émission "De ochtend" (VRT).

Ces cinq symptômes sont :

  • L’épuisement (tant physique que psychologique)
  • Dysfonctions cognitives (problèmes de mémoire et de concentration)
  • Perte de contrôle émotionnel (fortes réactions émotionnelles)
  • Dépression (c’est peut-être la raison pour laquelle le burn-out et la dépression sont souvent confondus)
  • Distance mentale (prendre une distance mentale vis-à-vis du travail)