Chaque jour, 78 Belges victimes de fraude ou d’arnaque

Le nouveau guichet central du service public fédéral Economie, lancé il y a exactement un an, a reçu quelque 28.500 signalements de fraudes et escroqueries, dont 2.600 ont conduit à l’ouverture d’un dossier pour pratiques malhonnêtes. Il s’agit notamment de fraude lors d’achats via l’internet, indique le quotidien De Tijd. Le ministre fédéral de l’Economie, Kris Peeters (photo), veut accroître la lutte contre l’escroquerie.
Nicolas Maeterlinck

En un an, les Belges ont signalé 2.195 cas de fausses factures, 3.725 fraudes relatives au commerce en ligne et 2.193 colis non délivrés. Quelque 3.400 personnes ont également signalé des appels téléphoniques publicitaires intempestifs, alors qu'elles étaient inscrites sur la liste "Ne m'appelez plus". Deux entreprises ont d'ailleurs été sanctionnées par l'Inspection économique pour leur comportement.

Les autres griefs concernaient des produits contrefaits (850), des publicités mensongères (800), des problèmes liés aux garanties (600) ou encore des tickets de concert vendus au marché noir (400).

"Il n'est pas toujours évident pour les consommateurs et les entreprises de savoir à qui s'adresser pour signaler un cas de fraude ou d'escroquerie", explique le ministre de l'Économie et de la Consommation, Kris Peeters (CD&V). "L'ouverture du guichet central a conduit à une augmentation de 70% des signalements", conclut-il. Quelque 78 signalements arrivent quotidiennement au guichet.

Le ministre fédéral veut renforcer encore la lutte contre la fraude, la tromperie ou l’escroquerie. Il a donc donné aux contrôleurs de l’Inspection économique le statut d’officier de la police judiciaire. Ce qui leur confère davantage de compétences.

"J’encourage aussi les citoyens et les entreprises à continuer à signaler au guichet central toutes les pratiques malveillantes", déclarait Kris Peeters.