La Belgique accueillera 1.200 réfugiés de Grèce et d’Italie

Le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, a indiqué vouloir accueillir cette année encore quelque 1.200 demandeurs d’asile qui se trouvent en Grèce et en Italie, pour satisfaire aux engagements pris par la Belgique dans le cadre du Plan européen de relocalisations. Tout récemment, la Commission européenne avait menacé de prendre des mesures juridiques si les états membres ne s’exécutaient pas.
Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistribu

"Je tiens parole. Maintenant que les flux de demandeurs d'asile ont nettement diminué, la Belgique va respecter ses engagements", a commenté le Secrétaire d'Etat (photo) sur Twitter, en précisant que ces demandeurs d’asile en provenance des deux pays du sud de l'Europe seront accueillis d'ici le mois de septembre. "Cela représente entre 100 et 150 places par mois", indique son cabinet.

Le nombre initial de relocalisations prévues dans le Plan européen était de 106.000 personnes arrivées en Italie ou en Grèce, mais a finalement été ramené à 42.000. Ce qui, d’après le cabinet Francken, ramène le nombre de réfugiés à relocaliser en Belgique à environ 1.500.

Une partie des places sont réservées aux mineurs d’âge qui voyagent non-accompagnés.

Depuis l'entrée en vigueur du Plan, 630 places ont été ouvertes sur le territoire belge. Cinquante-huit demandeurs d'asile en provenance d'Italie et 267 venant de Grèce (photo) ont pour l'instant rejoint notre pays. Pour les 350 places restantes, les dossiers font l'objet d'un suivi administratif.

La Belgique va par ailleurs dégager 900 nouvelles places, en vertu de ses engagements. Au début du mois de février, le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, n'avait pas exclu des sanctions contre les pays qui rechigneraient à accueillir des réfugiés.