Les chercheurs étrangers auront plus de temps pour apprendre le néerlandais

Le gouvernement flamand a assoupli ce vendredi les exigences linguistiques pour les professeurs et chercheurs universitaires étrangers. A l’heure actuelle, ils doivent réussir le test de néerlandais de niveau B2 au bout de trois ans pour être nommés définitivement. Ils auront maintenant 5 ans pour le faire.

Il s'agit d'une des mesures du décret enseignement XXVII, qui rassemble tous les changements dans le paysage scolaire.

Le conseil flamand de l'enseignement (Vlor) s'était montré récemment très critique quant à la législation actuelle. "L'obligation d'obtenir une attestation B2 après trois ans constitue un obstacle si l'on veut attirer d'éminents chercheurs étrangers", a estimé le conseil. "En imposant un test de langue, nous risquons d'affaiblir la position de la Flandre dans la course à ses talents."

La ministre flamande de l'Enseignement, Hilde Crevits (photo), a dès lors décidé d'assouplir ces exigences. "Nous ne baissons pas le niveau, mais nous donnons cinq ans à ces chercheurs pour obtenir le certificat."

"Ce qui est nouveau, c’est que les institutions de l’enseignement supérieur accompagnent les universitaires étrangers sur mesure via un parcours d’intégration, pour qu’ils obtiennent un niveau de néerlandais A2 après deux ans et B2 après cinq ans. Cela permet aux écoles supérieures et aux universités flamandes de se positionner encore mieux sur la scène internationale et de mener une politique du personnel attrayante", précisait la ministre Crevits.