363 automobilistes sont déchus chaque jour de leur droit de conduire

Les juges des tribunaux de police belges ont prononcé l'an passé 133.005 déchéances du droit de conduire, soit 363 interdictions de prendre le volant par jour, écrit samedi De Standaard, en se basant sur des chiffres du SPF Justice.

Un cinquième des condamnés devaient passer un test médical et réussir à nouveau leurs examens théorique et pratique pour que leur droit de conduire soit réintégré.

"Ce chiffre ne me surprend pas vraiment", réagit dans le quotidien Kathleen Stinckens, juge au tribunal de police à Louvain. Elle constate qu'il existe une récidive importante parmi les chauffeurs qui font l'objet d'une interdiction de conduire. Par ailleurs, "depuis la nouvelle législation, les juges donnent automatiquement au moins trois mois d'interdiction de conduire et doivent imposer quatre tests, psychologiques, par exemple."

"Quiconque commet deux fautes graves en trois ans est systématiquement condamné à trois mois d'interdiction de conduire", explique la juge. "Trois fautes graves conduisent à six mois d'interdiction et toutes les condamnations ultérieures seront de neuf mois."

On ne peut toutefois pas déchoir le droit de conduire d'une personne à vie. "Nous restons liés à la loi. Une personne peut accumuler les condamnations à l'infini", conclut-elle.