Le vélo électrique diminue le nombre d’automobilistes

Le vélo électrique prend de l’ampleur comme moyen de transport entre le domicile et le lieu de travail. La plus grande partie des utilisateurs de ces vélos se rendaient avant au bureau en voiture, ce qui permet de réduire les embouteillages aux heures de pointe.

Chaque jour, environ 400 000 Flamands se rendent au travail à vélo. L’organisation flamande des automobilistes, VAB, et Bike To Work, une initiative de Fietsersbond et de GRACQ, a réalisé pour la première fois une étude sur la proportion d’utilisateurs de vélos électriques parmi les cyclistes.

Cette étude a été menée auprès 3500 personnes qui se déplacent régulièrement au travail à vélo. Il en ressort que 16 % d’entre elles se rendent au travail à l’aide d’un vélo électrique. Quelque 2 % d’entre elles utilisent un « speed pedelec », un vélo électrique qui peut aller jusqu’à 45 km/h. "L’arrivée du vélo électrique a augmenté le nombre de cyclistes ainsi que la distance domicile-travail parcourue à vélo" explique Joni Junes du VAB en ajoutant qu’elle s’attendait à une hausse du nombre de ces types de vélos.

Selon Bike To Work, qui incite les travailleurs à emprunter le vélo, 82 % de la population en Flandre travaillent à moins de 30 km de leur domicile. "Cette distance devient faisable grâce aux vélos électriques et au speed pedelecs. À l’heure actuelle, seulement 15 % des Flamands prennent le vélo pour aller au travail. Le potentiel de croissance est gigantesque", assure Dieter Snauwaert de Bike To Work.

Une augmentation du nombre de cyclistes rime avec une diminution des embouteillages, car 85 % des utilisateurs de vélo électrique se rendaient auparavant au travail en voiture. Dieter Snauwaert ajoute: "Un grand avantage du vélo électrique, c’est que vous pouvez contrôler votre durée de trajet domicile-travail. Vous savez quasi exactement à quelle heure vous allez arriver au bureau, ce qui n’est vraiment pas le cas avec la voiture aujourd’hui."