La police demande aux fans d’aviation d’ouvrir l’œil

Les terrains de Brussels Airport à Zaventem s’étendent sur une superficie de 1.245 hectares. Comme la police aéronautique n’a pas la possibilité de surveiller toute cette étendue, elle demande aux fans d’avions, les spotters, de lui signaler tout objet ou comportement suspect. L'information est donnée par le quotidien Het Nieuwsblad.
Maarten Boersema

Brussels Airport attire chaque jour des dizaines de passionnés de l'aviation civile ou militaire. Ils sont équipés de jumelles, mais aussi d'appareil photo, outil indispensable du vrai "spotter". Le terme "spotter" est né en Angleterre, pour désigner les gens qui regardaient passer les trains, et qui en repéraient l'immatriculation pour se créer une belle collection.

Les terrains de l’aéroport de Zaventem s’étendent sur une superficie de 1.245 hectares, un complexe trop grand pour être entièrement surveillé. Des membres de la police aéronautique se sont dès lors adressés à ces spotters.

"Ces personnes qui observent les avions autour de l’aéroport possèdent de grands téléobjectifs, nous leur avons simplement demandé de nous signaler tout comportement suspect" a expliqué Peter De Waele de la police fédérale.

"Nous allons d’ailleurs demander la même chose à tous ceux qui travaillent à l’aéroport. Si, par exemple, un véhicule est repéré à proximité de Brussels Airport avec deux individus à bord qui ne sont pas spotters mais qui surveillent l’aéroport ou les pistes d’atterrissage, c’est quelque chose que l’on peut nous signaler. Nous allons alors nous rendre sur place pour vérifier ce que font vraiment ces individus". 

Les plus consultés