Le président de Lokeren a refusé une offre chinoise de 15 millions d’euros pour son club

D’après le quotidien Het Laatste Nieuws, des investisseurs chinois auraient tenté d’acheter le club de football de Lokeren. Mais le président du club Roger Lambrecht aurait refusé l’offre chinoise pour diverses raisons.

Le quotidien Het Laatste Nieuws a mené une enquête sur les tentatives de rachat par des investisseurs chinois ou au moins de tentatives de collaboration avec des clubs belges de football par des Chinois.

Selon le quotidien, 8 des 16 clubs de Division 1A auraient déjà eu des contacts avec des candidats investisseurs venant de Chine.

Outre Lokeren, Mouscron, Westerlo et Saint-Trond ont été approchés par des investisseurs chinois ces derniers mois pour une reprise de leur club. Cinq autres clubs ont été en contact avec des Chinois, peut-être pas pour la vente du club, mais pour ce qui concerne le sponsoring ou la formation des jeunes.

Apparemment les Chinois seraient attirés par notre pays, car la Belgique avec ses 11 millions d’habitants est considéré comme un des pays phare du football.

Le président de Lokeren, Roger Lambrecht (85 ans) a en tous cas confirmé au quotidien Het Laatste Nieuws que des Chinois étaient venus frapper à sa porte et avaient fait une première offre de 12 millions d’euros pour racheter son club.

"Il y a même eu une offre de 15 millions d’euros" ajoute Lambrecht. J’ai eu des contacts avec 6 personnes avec des offres en provenance de Chine, l’intérêt pour Lokeren était très concret.
Mais nous ne sommes jamais parvenus en phase finale des négociations. Je voulais 20 millions pour le club et l’assurance d’un ancrage local".