Le Herald of Free Enterprise sombrait il y a 30 ans

La catastrophe qui a coûté la vie à 193 personnes, montées le 6 mars 1987 à bord du ferry Herald of Free Enterprise de la compagnie britannique Townsend Thoresen qui faisait route entre Zeebrugge et Douvres mais dont les portes du garage sont restées ouvertes, a été commémorée ce lundi par une cérémonie d’hommage en mer. A 11h, une autre cérémonie avait lieu au monument commémoratif du naufrage, à Zeebrugge. Le gouverneur de Flandre occidentale Decaluwé a aussi organisé une session académique sur la sécurité maritime.

Le 6 mars 1987, le Herald of Free Enterprise quittait le port de Zeebrugge en début de soirée, transportant à son bord 459 passagers, 81 voitures, trois bus et 47 camions, et 80 membres d’équipage. Il devait rallier Douvres, en Grande-Bretagne. Mais 1.500 mètres après son départ, il s’échouait sur un banc de sable au large de la côte belge et coulait en moins de deux minutes.

En cause : les portes du garage du ferry laissées grandes ouvertes au moment où le navire appareillait. Une fois les jetées franchies et une vitesse accrue atteinte, des tonnes d’eau envahissent le pont principal de roulage. Le bateau se déstabilise et chavire très rapidement (photo).

Cette catastrophe maritime - la plus grande en Europe en temps de paix depuis la disparition du Titanic en 1912 - faisait 193 morts. Quatre personnes ont été portées disparues. Il est probable que si le navire ne s’était pas stabilisé sur le banc de sable, les pertes humaines auraient été supérieures encore.

Le capitaine du ferry était reconnu responsable du naufrage, et se voyait retirer sa licence. Quant à la compagnie britannique, elle changeait de nom et devenait "P&O European Ferries".

Commémorations 30 ans plus tard

Ce lundi matin, une cérémonie de commémoration a eu lieu au large de Zeebrugge, en présence du gouverneur de Flandre occidentale Carl Decaluwé (photo) et de l'ambassadrice britannique Alison Rose. Les survivants, les familles et proches des victimes, mais aussi les équipes de secours présentes au moment du drame en 1987 ont également été invités.

A 9h, trois navires se sont retrouvés sur le lieu de l'accident pour y saluer la mémoire des victimes. Une minute de silence a été respectée. Le Seaking de la Défense survolait le lieu de la catastrophe.

Carl Decaluwé a été le premier à s'exprimer à bord du Pollux, un des patrouilleurs de la marine belge. "Voici trente ans que s'est écrit ici un récit de peine, de douleur et d'épreuves. Je voudrais m'incliner ici devant ceux pour qui le temps s'est arrêté à cet endroit". Le gouverneur a également exprimé sa reconnaissance à l'égard des nombreux secouristes qui ont permis de limiter les pertes en vies humaines.

L'ambassadrice de Grande-Bretagne, Alisson Rose, a indiqué pour sa part que les morts, leurs proches et les survivants ne seraient jamais oubliés. Les deux officiels ont ensuite jeté chacun une couronne de fleurs à la mer tandis que la corne de brume résonnait après une minute de silence. Une gerbe a également été jetée depuis l'hélicoptère Seaking.

Le Pollux était accompagné par d'autres navires comme le Sirius à bord duquel se trouvaient nombre d'anciens secouristes. Les survivants ont préféré, quant à eux, participer à la cérémonie devant le mémorial. Quelques navires de secours ou appartenant à la police maritime escortaient aussi le patrouilleur.

Une cérémonie a débuté à 11h à l'église de Zeebrugge au pied du monument du souvenir. Le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé a également organisé une session académique sur la sécurité maritime, lundi midi à la base navale de Zeebrugge. Il devrait y être question des leçons qui ont été tirées de la catastrophe, ainsi que des plans d'urgence. Le Secrétaire d'Etat en charge de la Mer du Nord, Philippe De Backer, devrait y prendre la parole.