Début du procès des assassins présumés du châtelain de Wingene

C’est ce jeudi que débute le procès tant attendu des assassins présumés du châtelain de Wingene. Stijn Saelens avait été assassiné le 31 janvier 2012 dans son château à Wingene, en Flandre occidentale. Le tribunal se prononcera le 27 mars à propos des auditions de témoins au procès des assassins présumés du châtelain de Wingene. Les auditions auront lieu du mardi 2 mai au vendredi 5 mai. Les plaidoiries seront donc probablement reportées au-delà de l'été.

Les différentes parties ont pu jeudi, lors de l'audience d'introduction, indiquer quels étaient les témoins qu'elles voulaient convoquer. il s'agit d'environ 30 personnes. Le ministère public veut ainsi entendre le médecin légiste, l'expert en armes à feu et le principal enquêteur.

Le tribunal n'a pas encore décidé quels témoins seraient finalement entendus. Cela sera chose faite le 27 mars. Les témoins seront ensuite entendus les 2, 3, 4 et éventuellement 5 mai. On décidera alors de la suite des opérations mais les plaidoiries auront probablement lieu après l'été.

Les parties civiles ont demandé à entendre cinq témoins. Le nouveau compagnon d'Elisabeth Gyselbrecht, Yves Wolfcarius, s'est constitué partie civile. Il avait dans un premier temps été désigné tuteur des enfants de Stijn Saelens et d'Elisabeth Gyselbrecht. Mais entre-temps, il a entamé une liaison avec la veuve et un autre tuteur a dû être désigné. Il réclame une somme provisionnelle d'un euro en guise de dédommagement.

Elisabeth Gyselbrecht réclame le même montant provisionnel. Son avocat Luc Arnou demande d'entendre comme témoins les deux psychologues du couple. Me Arnou veut également convoquer un ami de Stijn Saelens. Le témoignage d'une Néerlandaise qui affirme avoir été violée par la victime en Australie est aussi demandé.

Me Filip Van Hende, conseil des deux frères et de la soeur de la victime, souhaite interroger le policier qui a instruit les faits de moeurs.

Les avocats d'Evert de Clercq ont demandé à entendre deux prévenus comme témoins. Me Sidney Smeets veut aussi entendre l'ancien avocat de son client.

Les avocats de Franciscus "Roy" Larmit voudraient interroger quatre témoins, notamment la mère de Larmit, un collègue de travail de celui-ci et une collaboratrice de la prison. Par ailleurs, Me Frank Scheerlinck s'associe aussi pleinement à la discussion à propos de la peine maximale encourue.

Le ministère public s'est prononcé sur la compétence du tribunal et estime qu'un procès en correctionnelle apporte suffisamment de garanties. Il estime en outre que poser des questions à la Cour constitutionnelle ne serait que perte de temps, alors que les quatre prévenus se trouvent toujours en détention préventive. Le parquet estime encore que la peine maximale est de 30 ans d'emprisonnement.

Le tribunal ne s'est enfin pas encore prononcé en ce qui concerne le caractère public des débats. Toutes les parties ont jusqu'au 27 mars pour déposer leurs conclusions. On ne décidera qu'ensuite quelles parties du procès devraient se dérouler à huis clos.