Le déraillement du train à Louvain serait dû à une vitesse excessive

Le train qui a déraillé samedi 18 février quelques centaines de mètres après avoir quitté la gare de Louvain, faisant un mort et 27 blessés roulait apparemment trop vite. C’est ce qui ressort des premiers résultats de l’enquête menée par l’expert désigné par le parquet de Louvain. Le train s’était engagé sur un aiguillage à une vitesse de 100km/h alors que cet aiguillage ne peut être emprunté qu'a du 40 km/h. Le parquet souligne qu’il ne s’agit toutefois que de résultats préliminaires et que de nombreuses enquêtes doivent encore être menées.

Ce train avait quitté la gare de Louvain le 18 février à 13h15 en direction de La Panne et avait déraillé quelques centaines de mètres plus loin.

Il s'agissait d'une rame automotrice composée de trois voitures. L'une des automotrices a basculé et s'est retrouvée sur le flanc. Au total, 84 personnes étaient à bord. Le déraillement a fait un mort, trois blessés graves et 24 blessés légers.

Immédiatement après l’accident un juge d’instruction a été désigné ainsi qu’un expert. Le premier rapport indique qu’il n’y a pas eu de défauts techniques à l'infrastructure ferroviaire  mais que le train se serait engagé dans un second aiguillage à une vitesse trop élevée.

Selon l’expert, le train a passé le premier aiguillage à une vitesse de de 40km/h mais le conducteur aurait alors accéléré pour atteindre 90km/h et aurait pris le second aiguillage à du 100km/h, alors que la vitesse autorisée était de 40 km/h.

Les limitations de vitesse sont normalement indiquées par des panneaux de signalisation, mais le conducteur du train a déclaré qu'il était convaincu de pouvoir rouler à 90 km/h sur ce tronçon. Selon l'expert, il est possible qu'il n'ait pas vu le signal indiquant la limitation de vitesse.