Bruxelles dévoile ses trésors Art nouveau et Art Déco

Organisée traditionnellement au mois d’octobre, la Biennale Art nouveau et Art Déco cède le pas ce printemps, après 8 éditions, au Brussels Art Nouveau & Art Deco Festival (BANAD). Ce dernier aura lieu tous les ans, les trois derniers week-ends de mars. Pour sa première édition, du 11 au 26 mars, il présente une cinquantaine d’intérieurs exceptionnels - et toujours habités au quotidien -, dont dix n’ont jamais été ouverts au public dans le cadre de la Biennale. Des promenades à pied, vélo et en bus, des concerts, des expositions, une Foire d’objets et un Salon des restaurateurs figurent également au programme des trois week-ends chargés.

Après avoir connu une année 2016 particulièrement difficile, marquée par l’attentat du 22 mars dans la station de métro Maelbeek qui a fait fuir les touristes, Bruxelles se mobilise pour présenter au public belge et international l’une de ses richesses incontestées : les demeures Art nouveau et Art Déco qui la rendent unique. "Elles sont notamment très prisées par les Allemands", soulignait l’échevin du Tourisme de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, lors de la conférence de presse qui avait lieu au Palais de la Folle Chanson.

Cet immeuble à appartements de luxe de l’architecte Antoine Courtens, terminé en 1931, est situé à deux pas des étangs d’Ixelles et de style Art Déco. Il se reconnait notamment à sa coupole blanche conçue comme fumoir.

Le Brussels Art nouveau & Art Deco Festival reprend le flambeau de la Biennale Art nouveau et Art Déco, qui a connu huit éditions, et doit notamment contribuer à attirer à nouveau les touristes au printemps dans la capitale belge, mais aussi des visiteurs des autres Régions du pays. Il sera annuel, et permettra en outre de créer de l’emploi, précisait Philippe Close.

Les propriétaires de belles demeures Art nouveau et Art Déco se mobilisent également, puisque le public peut découvrir du 11 au 26 mars une cinquantaine d’intérieurs exceptionnels et toujours habités au quotidien. Les visites guidées pendant les week-ends des 11-12, 18-19 et 25-26 mars comprendront d’ailleurs dix nouvelles demeures, qui n’ont jamais participé à la Biennale.

Il s’agit notamment de la maison sise au 42 rue Belle Vue à Bruxelles, qui fait partie d’un ensemble de trois maisons conçues par Ernest Blérot. Ses occupants offriront deux concerts (11-12/3) privés aux visiteurs. Mais aussi de cinq nouvelles adresses à Ixelles, dont la maison Aimable Delune (1903) classée en 2006 (photo ci-dessus) ou le Palais du Congo (1930) de Jean-Florian Collin.

Le deuxième week-end, c’est la galerie Pascal Polar dans un bâtiment Art Déco qui fera son entrée dans le Festival, tandis que le dernier week-end permettra de découvrir le Résidence Palace (photo ci-dessous) conçu par le Suisse Michel Polak au lendemain de la Première Guerre mondiale et la Résidence Insula (1935) à Woluwe-Saint-Lambert, réalisée par Georges France dans un style Paquebot.

Premier week-end autour des étangs d’Ixelles

Pendant ce week-end des 11 et 12 mars, les visites guidées d’intérieurs se concentrent autour de la commune d’Ixelles et ses étangs, où Art nouveau et Art Déco se côtoient en toute harmonie. C’est l’occasion de (re)découvrir le centre d’art Flagey (photo), ce bâtiment à la forme d’un paquebot construit en 1935 par Joseph Diongre, d’esthétique Art Déco, et surnommé "usine à son".

La programmation se prolonge vers l’avenue Franklin Roosevelt et la villa Empain (photo principale) construite en 1931 par Michel Polak en style Art Déco. Longtemps abandonnée, cette demeure mythique a été minutieusement restaurée.

Autres bijoux du même style à découvrir ce premier week-end : le Palais de la Folle Chanson, mais aussi le Contemporary Art Center (photo ci-dessous), espace privé d’exposition lancé en 2012 par le collectionneur Hubert Bonnet ou le Palais des Beaux-Arts (Bozar), œuvre majeure de Victor Horta restaurée il y a une quinzaine d’années.

Les amateurs d’Art nouveau pourront, eux, se rendre à l’Hôtel Solvay (photo ci-dessous) à l’avenue Louise, construit en 1894 par Victor Horta pour le fils du célèbre industriel Ernest Solvay. Ce prestigieux hôtel de maître est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

L’Hôtel Otlet (2e grande photo ci-dessous) d’Octave Van Rysselberghe s’articule autour d’une monumentale cage d’escalier, tandis que la maison Saintenoy (1897) possède un des plus beaux vitraux de l’Art nouveau bruxellois (photo en fin de texte), exécuté par Raphaël Evaldre.

Ce premier week-end, les parcours guidés ont pour thème Bruxelles 1900, Art nouveau (guidé par l’Arau), l’Art nouveau géométrique (Arkadia), le Sgraffite dans l’Art nouveau (Pro Vélo) et Claire Delune à Ixelles (Bruxelles Bavard). Quant à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth (petite photo), construite à Waterloo en 1939 par Yvan Renchon dans un mélange d’Art Déco et d’architecture moderne, elle propose aussi un concert dans la toute nouvelle aile qui lui fut ajoutée en 2015.

La maison communale de Schaerbeek accueille, elle, une exposition sur l’œuvre de l’architecte schaerbeekois Gustave Strauven (1878-1919).

Deuxième week-end dans le haut de la ville

Du 15 au19 mars, découvrez les trésors architecturaux à Uccle, Saint-Gilles et dans le quartier Louise où se sont épanouis les grands maîtres de l’Art nouveau : Victor Horta, Paul Hankar, Henry van de Velde et Octave Van Rysselberghe. Horta réalisa à l’avenue Louise l’Hôtel Max Hallet et l’Hôtel Solvay, et à la Rue Américaine sa propre maison devenue le Musée Horta (petite photo). Trois lieux à visiter, tout comme l’école maternelle Catteau-Horta, commandée au grand architecte en 1895.

Pour les amateurs d’Art Déco, le Musée van Buuren (photo ci-dessous) de 1928 est un véritable bijou et propose le 18/3 un concert-conférence donné par la pianiste Eliane Reyes et l’écrivain Yann Kerlau. La taverne l’Espérance (1930) à la rue du Finistère est de la main de Léon J.J. Govaerts et reste baignée d’une atmosphère d’autrefois. La maison de l’architecte Louis Tenaerts (1933) à la rue de la Seconde Reine à Uccle possède une audacieuse verrière. A voir aussi, l’église Saint-Augustin à Forest (1932) de Guianotte et Watteyne en béton armé, dominée par une tour-clocher à la convergence exacte des huit rues rayonnantes, depuis laquelle on a une vue exceptionnelle sur Bruxelles et ses environs.

Les parcours guidés sillonneront ce deuxième week-end Les Marolles et l’Art nouveau (Arkadia), les Lieux de fête Art nouveau et Art Déco (Arkadia), mais aussi Anderlecht, l’Eden de l’Art Déco (Bruxelles Bavard) et Saint-Gilles Art nouveau (Arau). D’autre part, des activités sont proposées aux familles le dimanche 19 mars.

Troisième week-end à Schaerbeek et Woluwe

Du 22 au 26 mars, le BANAD Festival met ces deux communes à l’honneur, ainsi que le quartier des squares. Ce sera l’occasion de redécouvrir la Maison Autrique construite en 1893 par Horta, avec des innovations structurelles et décoratives. Elle accueille l’exposition "Horta en Amérique 1916-1918".

Henri Jacobs conçu les complexes scolaires fonctionnels de l’Ecole communale N°13 et de La Ruche Josaphat au cours des 15 premières années du 20e siècle, en style Art nouveau. Le deuxième comprend notamment de superbes sgraffites de Privat Livemont.  A revoir aussi, la maison-atelier Art nouveau de Paul Cauchie, classée depuis 1975 et dont la façade est couverte de sgraffites. Ou l’hôtel van Eetvelde (1895) que Victor Horta articula autour d’un puits de lumière décoré d’une superbe verrière à la structure métallique. Ou encore l’incroyable Bibliothèque Solvay (1902) des architectes Bosmans et Vandeveld (petite photo).

A Woluwe, l’atelier bâti par Victor Bourgeois pour son ami le sculpteur Oscar Jespers (photo ci-dessous) en 1928 vaut le détour, tout comme la maison privée Lambot (1902) et la Résidence Insula (1936) de l’architecte Georges France, qui est un exemple de l’évolution de l’habitat pendant l’entre-deux-guerres.

Les parcours guidés sillonnent ce troisième week-end Bruxelles 1930 Art Déco et Modernisme (Arau), Schaerbeek, fleuron de l’architecture du XIXe siècle (Bruxelles Bavard), Art nouveau au square Ambiorix (Arkadia).

Les associations Arau, Arkadia, Bruxelles Bavard et Pro Velo composent Explore.Brussels, qui a pour mission de mettre en valeur le patrimoine architectural bruxellois et organise le nouveau BANAD Festival. Il propose aussi du 24 au 26 mars, à la Faculté d’architecture La Cambre-Horta, une conférence sur l’architecte et décorateur français Henri Sauvage, dont l’œuvre s’étend de l’Art nouveau à l’Art Déco et annonce le modernisme.

Foire, Salon de restaurateurs et Soirée Années Folles

La troisième édition de la Foire d’objets Art nouveau et Art Déco aura lieu le 26 mars à l’Ecole n°13 à Schaerbeek. Elle sera doublée d’une journée d’expertises et d’un Salon de restaurateurs du patrimoine.

A ne pas rater non plus, la Soirée Années Folles dans le jazz-bar l’Archiduc (Rue Antoine Dansaert), qui clôturera le Festival printanier.

Tous les détails du BANAD Festival sont repris sur le site www.banad.brussels.