En Europe, seuls les Belges ont perdu du pouvoir d’achat

D’après une étude de l’Institut syndical européen (ETUI), la Belgique est le seul pays européen où les travailleurs ont perdu du pouvoir d’achat l’an dernier. Les revenus ont légèrement augmenté avec l’index, mais cela n’a pas suffi à compenser l’inflation. Depuis 2001, les augmentations salariales sont plutôt minces en Belgique, et la tendance ne devrait pas s’inverser, constate l’ETUI, dont les conclusions sont rapportées ce lundi par les journaux du groupe Mediahuis.

Selon l’étude, la plupart des travailleurs européens ont vu leur pouvoir d’achat augmenter l’année passée. Dans nombre de pays d’Europe de l’Est, cette hausse a été de plus de 5 %, elle a même atteint 8,94 % en Roumanie.

Dans les pays voisins de la Belgique, les augmentations ont été plus limitées : +0,25 % en France, +0,42 % au Luxembourg, +1,61 % en Allemagne et +2,28 % aux Pays-Bas.

Il n’y a qu’en Belgique où le pouvoir d’achat a été rogné, de 0,94 %. Les salaires n’ont pas vraiment été rabotés, mais à cause du saut d’indice et d’autres mesures de restriction salariale ils ont très peu augmenté en 2016. D’autre part, l’inflation était nettement plus élevée en Belgique que dans les autres pays européens, précise Kurt Vandaele de l’Institut syndical européen.

"Il n’y a qu’en 2000 que les salaires ont encore augmenté sensiblement. Dans les années qui ont précédé et celles qui ont suivi, la tendance politique a été à des restrictions salariales", précisait Vandaele. Pour la première fois depuis 2008, un accord interprofessionnel complet a été conclu, mais les augmentations salariales seront limitées cette année et en 2018 à 1,1% au-dessus de l’index.

Les plus consultés