"Toujours pas de plan d’évacuation à Brussels Airport"

Le syndicat socialiste FGTB-UBT à l’aéroport de Zaventem confirme les propos d’une collaboratrice d’Aviapartner - interviewée mercredi soir à la VRT dans une émission spéciale consacrée aux attentats du 22 mars 2016 -, qui affirme que le personnel n’a jamais reçu de directives pour une évacuation globale, malgré le double attentat-suicide dans le hall des départs. "On n’a rien fait pour rassurer le personnel au cours de l’année écoulée", déclare Sandra Langenus. Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon s’est dit prêt à intervenir, "bien que ce ne soit pas ma responsabilité".

Danielle Iwens (photo), qui travaille au guichet d’enregistrement de l’entreprise Aviapartner à l’aéroport international de Zaventem, était mercredi soir l’un des témoins invités sur le plateau télévision de la VRT pour son émission spéciale "22/3 - Un an plus tard". Une émission qui tentait de voir si les attentats ont changé notre société.

Dans son témoignage, Iwens se montrait néanmoins très critique à propos de la sécurité à l’aéroport au lendemain du double attentat-suicide. Elle rapportait ainsi qu’au cours des 23 ans où elle travaille à Brussels Airport, il n’y a jamais eu d’exercice d’évacuation. A l’heure actuelle, il n’y aurait toujours pas de plan global ni de directives d’évacuation. Si quelque chose de grave se passait, beaucoup de membres du personnel ne savent pas où ils doivent se rendre, ni où ils doivent conduire leurs passagers.

Danielle Iwens indique notamment qu’il n’y a pas trois entrées et sorties à l’aéroport national, mais seulement une entrée et une sortie. Et celle-ci ne facilite pas l’évacuation dans l’éventualité d’une catastrophe. D’autres membres du personnel se posent des questions sur le fonctionnement des portiques de verre à sens unique dans le Connector (construction qui relie, directement et en surface, le bâtiment du terminal à la jetée A). Ils fonctionnent de façon électronique et ne peuvent être actionnés simplement en cas d’urgence.

Toujours selon Iwens, le personnel de sécurité est habillé en civil à Brussels Airport, ce qui est une bonne chose, mais d’après certains membres du personnel qui témoignaient dans l’émission cela a pour conséquence qu’il y a peu de personnes en uniforme sur les lieux. Ce qui engendre un sentiment d’insécurité.

"Le personnel de l’aéroport ne sait pas ce qu’il doit faire"

L'information donnée par les témoins a été confirmée ce jeudi matin par une secrétaire du syndicat FGTB-UBT à l'aéroport de Zaventem, Sandra Langenus. "Nous avions pensé que la mise en place d'un plan d'évacuation global deviendrait un enjeu important après les attentats, mais nous constatons qu'aucune initiative n'a encore été prise", déclarait-elle.

Des plans d'évacuation sont bien élaborés au sein des différents comités de sécurité, mais la représentante syndicale constate qu'aucun plan global n'est envisagé pour l'ensemble de l'aéroport. La responsabilité incombe aux conseillers en prévention, affirme Langenus. "Dans le cas d'un incendie, les travailleurs ne savent pas où ils doivent aller et encore moins accompagner les passagers".

Le ministre de la Sécurité et de l'Intérieur Jan Jambon (photo) renvoie la responsabilité du dossier à l'aéroport, qui doit élaborer un plan d’évacuation. Le ministre N-VA, interviewé aussi par la VRT, s’est dit toutefois disposé à intervenir afin de résoudre rapidement le problème.

"Il y a un besoin urgent de plan d’intervention, dans lequel soit repris des exercices d’évacuation. La responsabilité en incombe aux employeurs, et non à moi, mais je veux bien faire le médiateur pour tenter de régler le problème", concluait Jambon.