Le conducteur qui a tenté de foncer sur la foule à Anvers avait des armes

Un homme de nationalité française a été arrêté ce matin à Anvers après avoir roulé à très grande vitesse sur le Meir, la principale artère commerçante de la métropole. Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever a convoqué la presse et le chef de corps de la police Serge Muyters a lu une courte déclaration. L'homme arrêté était connu de la justice pour port d'arme prohibée. L'information a été confirmée par le parquet fédéral.

Vers 10h45, ce jeudi matin un véhicule munis de plaque d'immatriculation françaises qui circulait à grande vitesse sur le Meir à Anvers a été remarqué par des militaires qui ont tenté de l’arrêter. A différents moments, des piétons ont été mis en danger.
 

Le conducteur n’a pas obéi aux injonctions des militaires et a poursuivi sa course en brûlant un feu rouge en direction des quais de l'Escaut. Les militaires ont alors averti la police, une équipe d’intervention rapide a alors été engagée.

Le véhicule a pu être intercepté à hauteur du Sint-Michielskaai. Le conducteur a été arrêté.

Le parquet fédéral a publié un communiqué dans lequel il confirme les informations et ajoute que différentes armes ont été découvertes dans le coffre, des armes blanches, un riot gun et un bidon contenant un produit encore indéterminé. Le service de déminage de la Défense est sur place afin d'examiner le véhicule.

Au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s'est passé hier à Londres, il a été décidé de confier le dossier au parquet fédéral.

Personne n'a été blessé au cours de l'incident. Des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises à Anvers. La présence policière a été renforcée dans les endroits très fréquentés.

L'homme est un Français âgé de 39 ans, d'origine tunisienne. Il était connu en France pour port d'arme prohibé. L'homme était sous l'influence de l'alcool.

Pas de commentaires

Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas voulu faire de commentaires ni répondre aux questions des journalistes au terme de la conférence de presse improvisée. "Nous trouvions qu'il était important de vous relater brièvement les faits afin de couper court aux spéculations et aux inquiétudes" a-t-il déclaré. Bart De Wever a remercié la police et la Défense pour leur intervention.