La taxe kilométrique rapporte moins que prévu

Demain, cela fera un an exactement que la taxe kilométrique pour les camions de plus de 3,5 tonnes a été instaurée en Belgique. Selon Viapass, l’organisme public en charge du contrôle et de la coordination, le bilan après un an est positif. Les revenus sont néanmoins moins élevés que prévu. En Flandre, le système a permis de récolter 408 millions d’euros brut, soit 100 millions de moins qu'attendu. Les trois régions ont collecté au total 648 millions d’euros brut.

En moyenne, 140 000 camions empruntent quotidiennement les routes belges. En fonction de leur poids (+3,5 tonnes) et du taux de pollution, les camions paient une cotisation par kilomètre parcouru sur certaines routes. Les revenus sont moins élevés que prévu, car le parc de camions a diminué son empreinte écologique plus rapidement qu’escompté.

Étant donné que la Belgique est un pays de transit, il n’est pas étonnant de constater que plus de la moitié des revenus proviennent de camions étrangers. "Les véhicules belges parcourent 46 % des kilomètres et les véhicules étrangers, 54 %. Les pays limitrophes sont les plus représentés : les Pays-Bas, la France et l’Allemagne, mais nous constatons également un grand nombre de camions polonais, roumains et lituaniens", indique Johan Schoups de Viapass.

Un mois d’avril en force

Avril 2016 s’avère l’un des meilleurs mois de l’année : 485 millions de kilomètres ont été parcourus. La tendance positive s’est poursuivie en mai. Pendant certains jours ouvrables de ce mois, on a même atteint plus de 25 millions de kilomètres par jour.

Lors des périodes traditionnelles de vacances, les camions parcourent logiquement moins de kilomètres. Par jour ouvrable, la taxe kilométrique des trois régions rapportait en moyenne entre 2,3 et 2,4 millions d’euros. En montant brut, la Flandre, Bruxelles et la Wallonie ont respectivement récolté 408, 9 et 229 millions d’euros.

L’année dernière, 15 000 amendes ont été délivrées aux chauffeurs de camion qui ne respectaient pas le règlement concernant la taxe kilométrique ou qui ne suivaient pas correctement les procédures de paiement.

Pas aux goûts des petites communes

Cette taxe ne plaît par ailleurs pas à tout le monde : bon nombre de bourgmestres de petites villes et communes traversées par des routes régionales se plaignent de la forte augmentation de la circulation sur les petites routes, notamment du transport de marchandises.