Accord sur la protection de 12.262 hectares de zone forestière

Le gouvernement flamand s’est mis d’accord sur la protection de 12.262 ha de zone forestière vulnérable, a annoncé vendredi soir la ministre régionale de l’Environnement Joke Schauvliege (CD&V). La superficie est un peu moins étendue que les 12.334 hectares dont il avait été question précédemment. "Au terme de 20 ans de discussions, cette précieuse nature flamande", en danger dans une zone destinée à l’industrie ou à l’habitat, pourra nettement moins facilement être déboisée.

Des 185.000 hectares de forêts en Flandre, quelque 65.000 ha sont situés dans une zone destinée à l’industrie, l’habitat ou la récréation, et donc en danger de déboisage. En juin 2016, le gouvernement flamand avait approuvé temporairement la protection de 12.334 hectares des zones forestières les plus précieuses et vulnérables. Il s’était basé pour cela sur des paramètres écologiques, ainsi que sur l’âge, la superficie, ou la situation géographique de ces zones de verdures.

Après avoir reçu une série d’avis et au terme d’autres discussions, il fallut attendre qu’une carte définitive des zones à protéger soit établie. Celle-ci a maintenant été réalisée. Elle vise à protéger 12.262 ha de zone forestière vulnérable - soit un peu moins que prévu initialement.

Ces forêts sont réparties de la façon suivante : 5.137 hectares en province anversoise, 2.773 ha dans le Limbourg, 2.207 ha en Brabant flamand, 1.786 ha en Flandre orientale, et 359 ha en Flandre occidentale.

Maintenant que le projet de carte a été approuvé par le gouvernement flamand, une enquête publique doit suivre dans les 60 jours. Elle permettra aux parties intéressées d’émettre leur avis critique.

La ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (photo) est satisfaite de l’accord : "Après 20 ans de discussions interminables sur ce thème, sans aucun résultat concret, le gouvernement flamand protège pour la première fois cette précieuse nature flamande menacée dans le cadre de l’aménagement du territoire". D’après la ministre CD&V, une mesure a été mise en place pour dédommager les propriétaires qui se sentent financièrement lésés.