"Le Pentagone confirme une implication belge dans l’attaque sur Mossoul"

Le député Wouter De Vriendt (Groen) a indiqué samedi soir qu’il voulait convoquer au plus vite la Commission de suivi des opérations militaires à l’étranger à la Chambre s’il s’avère que des victimes civiles sont tombées lors d’une frappe aérienne de l’armée belge à Mossoul, en Irak, le 17 mars dernier. L’attaque aurait fait 24 victimes civiles (photo). Le quotidien britannique The Guardian indiquait samedi que le Pentagone confirme l’implication de l’armée belge, dans un rapport.
Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

Le journaliste Martin Chulov du quotidien britannique The Guardian indiquait ce samedi, via Twitter, que le Pentagone a confirmé dans un rapport l’implication des armées américaine, britannique, française et belge dans la frappe aérienne du 17 mars au-dessus de Mossoul, en Irak. "Si c’est vrai, la Commission de suivi des opérations militaires à l’étranger à la Chambre doit se réunir rapidement", réagissait le député écologiste flamand Wouter De Vriendt (photo archives) samedi soir. "Nous devons connaître les détails des missions pour pouvoir constater si les procédures ont été suivies".

"Nous ne voulons pas en faire un petit jeu de politique de partis", précisait De Vriendt, qui demande au ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) de communiquer publiquement lors de pareils événements, "à l’image de ce que font les Etats-Unis". "Il s’agit de rendre des comptes".

Le député Groen soulignait aussi que la Belgique est l’un des pays les moins transparents dans ce domaine. "La Belgique doit mettre fin à sa politique de coulisses qui caractérise ce type de missions".

"Le parquet fédéral enquête" déjà

Jeudi soir, les députés d’opposition Alain Top (SP.A) et Wouter De Vriendt (Groen) indiquait à la VRT qu’une enquête a été ouverte au parquet fédéral sur d’éventuelles victimes civiles d’une frappe aérienne de l’armée belge dans la région de Mossoul.

Selon un tweet d'Airwars, les ministères belge et français de la Défense ont demandé à des ONG d'examiner si un de leurs avions était impliqué dans un bombardement sur le district d'Aj jadida à Mossoul, qui aurait fait le 17 mars dernier au moins 200 victimes civiles.

Selon les deux députés, le parquet fédéral a ouvert une enquête. "La Belgique est très active dans la région de Mossoul. S'il y a bien eu une telle frappe avec autant de victimes civiles, il est logique qu'une enquête soit ouverte pour déterminer les responsabilités. Cela se fait au niveau de la coalition internationale, mais aussi au niveau du parquet fédéral."

De Vriendt s’était dit également troublé par le manque de transparence sur cette affaire. "Même la Turquie fait mieux", a-t-il lancé. Le député Groen reste convaincu que l'armée belge fait prudemment son travail en Syrie et en Irak et que les pilotes belges "ne sont pas des cow-boys", mais le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) devrait, selon lui, "ne pas affirmer avec autant de certitude" qu'aucune attaque belge n'a jamais fait de victimes civiles, "surtout pas après ce qu'il s'est passé le 17 mars."

S'il était confirmé que des civils ont été victimes d'une frappe belge, "il faudrait alors se poser la question de savoir si nous n'avons pas perdu une partie de notre prudence", avait conclu le député jeudi à la VRT.