La KU Leuven sur la liste noire d’Erdogan

L’Université Catholique de Louvain, en Brabant flamand, figurerait depuis quelques temps sur une liste noire en Turquie et ses diplômes ne seraient pas reconnus par le gouvernement Erdogan en raison de l’existence d’une chaire Gülen pour les études interculturelles à la KUL, indiquaient samedi Het Laatste Nieuws et L’Echo. Le recteur de la KU Leuven, Rik Torfs, a cependant obtenu de l’ambassadeur de Turquie en Belgique l’assurance d’une reconnaissance des diplômes de la plus ancienne université du pays.

Une étudiante turque qui a obtenu un diplôme à l’Université Catholique de Louvain apprenait au début de cette année que ce diplôme n’est pas reconnu dans son pays d’origine parce que la KU Leuven soutient le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, que le président Recep Tayyip Erdogan tient pour responsable du putsch raté de l’été dernier en Turquie.

Au moment où l’étudiante essuyait ce refus, les médias turcs indiquaient que le gouvernement Erdogan a établi une liste noire d’universités "terroristes", parmi lesquelles figure la KU Leuven. "Nous sommes conscient de la situation", réagissait le recteur Rik Torfs (photo).

Fin janvier, il se rendait à l’ambassade de Turquie à Bruxelles pour une explication. "L’ambassadeur nous a assurés que nos diplômes seront reconnus. Nous le croyons sur parole", déclarait Torfs samedi. La KU Leuven invite les étudiants qui rencontreraient des problèmes dans ce domaine à la contacter.

NICOLAS MAETERLINCK

Des "conseillers religieux" surveillent en Belgique

D’après les quotidiens L’Echo, Le Soir et Het Laatste Nieuws, cette liste noire résulte de la récolte d’informations effectuée par les mosquées liées à la Diyanet (les affaires religieuses turques), qui tombent sous l’autorité du gouvernement turc. L’ordre d’effectuer de l’espionnage aurait aussi été donné pour la Belgique, ce qui a résulté fin septembre en un rapport de toutes les institutions qui peuvent être rattachées à Gülen en Belgique.

Le rapport effectué par les "conseillers religieux" chargés de surveiller les opposants au régime d’Erdogan (photo) nomme exhaustivement des associations, évalue leur force, leurs éventuels revers et épingle quelques personnes physiques. Le rapport acte aussi les désinscriptions massives d'étudiants dans les écoles gülenistes de Flandre.

Les conseillers s'inquiètent aussi de l'existence d'une "chaire Gülen pour les études interculturelles" établie au sein de la faculté de Sciences sociales de l'Université de Leuven (KUL). Le quotidien Le Soir notait cependant que des agissements tels que celui des conseillers religieux de l’ambassade turque sont considérés comme de l’ingérence en Belgique.