"La Turquie veut arrêter des citoyens exilés en Belgique"

D’après l’avocat flamand Walter Van Steenbrugge (photo), interviewé par les quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen, le service de renseignements turc aurait l’intention d’interpeller et de rapatrier des citoyens turcs qui vivent en exil en Belgique. "Je possède des indices sérieux que la Turquie a l’intention de mener à bien ce plan".

Selon l’avocat et auteur Maître Van Steenbrugge, l'un de ses clients proche du mouvement Gülen - du nom du prédicateur musulman turc Fethullah Gülen accusé par Ankara d'avoir ourdi la tentative de putsch du 15 juillet dernier - court un grand risque. L'avocat en a averti la Sûreté de l'Etat et a déposé plainte auprès de la Cour européenne des Droits de l'Homme (CEDH).

Walter Van Steenbrugge est le premier en Europe à recourir à la CEDH pour dénoncer cette situation. "J'ai déjà déposé deux plaintes au nom de deux organisations internationales. J'en déposerai bientôt une troisième pour le compte de mon client qui réside depuis déjà trois ans en Belgique et est poursuivi par les autorités turques", explique l’avocat.

Maître Van Steenbrugge va également interpeller la Banque mondiale, afin de contraindre la Turquie à rembourser l'argent confisqué à certaines holdings. "Après la tentative de coup d'Etat, des comptes ont été bloqués et pillés. Il est question de milliards d'euros", affirme-t-il. Ce dossier exigera plusieurs mois de préparation.