Davantage d’appels sur la ligne de prévention du suicide

L’an dernier, les bénévoles répondant aux appels sur la ligne flamande de prévention du suicide ont recensé 14.559 appels. C’est 3% de plus qu’en 2015. D’après le rapport annuel du Centre flamand de prévention du suicide, la solitude est le problème principal des personnes qui téléphonent au numéro 1813.

Les bénévoles qui prennent les appels sur la ligne flamande de prévention du suicide ont remarqué que la solitude et le sentiment d'être incompris sont les principaux maux des personnes qui appellent au 1813.

Chez les jeunes, le harcèlement ou les mauvais traitements sont les premières raisons d'envisager un suicide.

La hausse de l'année dernière est toutefois beaucoup plus faible que celle remarquée en 2015, où on avait noté une hausse de 26% du nombre d’appels. "Cela s'explique principalement par le fait que le nombre de volontaires avait plus que doublé sur trois ans de temps", indique la directrice du Centre flamand de prévention du suicide, Kristien Pauwels.

Le Centre occupe 134 volontaires à ce jour.