La mosquée de Beringen pourrait perdre sa reconnaissance

La ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA) va entamer la procédure visant à retirer la reconnaissance de la mosquée Fatih à Beringen (photo), dans le Limbourg, qui est la deuxième plus grande mosquée du pays. Elle fait l’objet de critiques au sujet de suspicions de pratiques d’espionnage et de surveillance. Selon le quotidien Het Laatste Nieuws, ce n’est que la deuxième fois qu’une procédure du genre est entamée en Flandre.

La mosquée fait partie du réseau Diyanet de la Direction turque des Affaires religieuses, qui a fait l'objet de critiques dernièrement au sujet de suspicions de pratiques d'espionnage et de surveillance.

La ministre flamande Liesbeth Homans (photo) avait déjà demandé en décembre dernier au ministre fédéral de la justice Koen Geens que la Sûreté de l’Etat lui envoie les informations nécessaires en vue d'éventuels retraits de reconnaissance, et les données concernant la mosquée Fatih Camii, de Beringen, lui sont parvenues cette semaine.

"Des documents qui nous ont été livrés, il ressort que des pratiques ont eu lieu à Beringen qui vont à l'encontre des conditions valables pour les mosquées reconnues en Flandre", indique la ministre régionale des Affaires intérieures.

L'Exécutif des Musulmans de Belgique doit désormais se prononcer, et la direction locale de la mosquée aura l'occasion de se défendre. La reconnaissance va de pair avec des subsides, ainsi qu'un salaire pour l'imam.