Sécurisation accrue à la résidence de fonction de Charles Michel

Le Lambermont (photo), la résidence de fonction du Premier ministre située dans la rue du même nom en face du parc de Bruxelles, fait l’objet depuis quelques jours de travaux de rénovation et de sécurisation. Le même type de travaux avaient déjà été réalisé l’an dernier au 16, rue de la Loi, qui abrite le cabinet du Premier ministre et le siège du gouvernement fédéral.

Des échafaudages ont fait leur apparition lundi autour de l'édifice, qui donne également sur la rue Ducale, à deux pas du Palais royal dans la capitale. "Ces travaux étaient nécessaires en raison de la menace terroriste" qui pèse sur la Belgique et ses institutions, a expliqué l'entourage du Premier ministre Charles Michel, sans entrer dans le détail des aménagements prévus ni de leur coût.

Les travaux permettront d'"alléger les moyens humains" affectés à la sécurisation du bâtiment, a-t-on ajouté de même source. Selon l'entourage de Charles Michel (MR), deux audits sur la sécurité du Lambermont ont été réalisés, dont l'un en 2009 par la police fédérale - non suivi d'effets - et un autre en 2015. Ils ont tous deux montré que des travaux d'aménagement étaient nécessaires pour contrer une potentielle menace terroriste.

Depuis janvier 2015, des militaires sont en effet régulièrement postés, à des heures variables, devant le bâtiment, qui accueille de nombreuses réunions liées au fonctionnement de l'Etat fédéral, depuis les visites officielles de dirigeants étrangers aux conseils ministériels restreints en passant par les rencontres avec les interlocuteurs sociaux du groupe des Dix. Des blocs de béton (photo) ont été installés en mai 2016 pour arrêter d'éventuelles voitures béliers, tout comme devant le Seize (rue de la Loi).

Charles Michel sous protection renforcée

Des ordinateurs abandonnés par des djihadistes ont en effet révélé que le Seize était une cible potentielle d'attentats, alors que des vidéos du groupe terroriste Etat islamique visaient spécifiquement des personnalités belges, dont le Premier ministre (photo archives) - qui est désormais protégé par des gardes du corps. Les deux bâtiments bruxellois, qui forment le cœur de l'Etat fédéral, abritent au total quelque 200 personnes, dont les membres de la Chancellerie du Premier ministre.

Le Seize, situé au coin des rues de la Loi et Ducale, et qui est géré par la Régie des Bâtiments, avait déjà fait l'objet l'an dernier de travaux similaires - mais restés tout aussi mystérieux quant à leur finalité précise et à leur coût - pour améliorer la sécurité.

Ce qui ne l'empêche néanmoins pas d'être gardé quasi-quotidiennement par des membres de la police militaire (MP) et des militaires de diverses unités, dans le cadre de l'opération de sécurité intérieure "Vigilant Guardian" (OVG) en renfort de la police fédérale, qui mobilise plus d'un millier d'hommes et de femmes.

Jasper Jacobs