Le conducteur fou du Meir reste en prison, mais plus pour terrorisme

Le Français d’origine tunisienne âgé de 39 ans qui a été arrêté il y a deux semaines après avoir roulé à folle allure sur le piétonnier anversois, voit sa détention une nouvelle fois prolongée. Mais il n’est plus inculpé de tentative d’assassinat à caractère terroriste. Il est allé en appel. Au moment des faits, il était sous influence de l’alcool et peut-être aussi de stupéfiants.

La Chambre du conseil décidait il y a une semaine et demie de prolonger la détention du conducteur fou appréhendé le 23 mars. L’homme allait alors en appel de cette décision. Au lendemain de son arrestation, il avait été inculpé de tentative d’assassinat à caractère terroriste et d’infraction à la législation sur les armes.

La Chambre des mises en accusation a décidé ce vendredi de maintenir l’homme en détention, mais uniquement pour infraction à la législation sur les armes. L’inculpation pour tentative d’assassinat à caractère terroriste tombe donc. Au moment de son appréhension, le suspect avait en effet des armes blanches et une arme partiellement démontée dans le coffre de sa voiture.

Le parquet fédéral avait très rapidement commencé à douter des intentions terroristes de l’individu. Ce dernier a d’ailleurs déclaré avoir été à la recherche de son amie, le jour des faits, et s’être engagé par erreur sur l’artère piétonne du Meir (photo archives).