Une moisissure infeste le tribunal de Tongres

En raison de la présence d’un champignon, l’accès à deux locaux du tribunal de Tongres est interdit sans le port d’une combinaison de protection. De nombreux dossiers doivent être photocopiés avant d’être détruits.

Le champignon s’est propagé dans le tribunal à travers de vieux dossiers qui ont été stockés dans une cave humide de l’ancien tribunal de la jeunesse de Tongres. Lors du déménagement vers le nouveau tribunal en 2013, ces dossiers sont restés là, car on supposait déjà à l’époque que les dossiers contenaient des moisissures. Quand il y a du nouveau dans certains dossiers, on les a transférés vers le nouveau tribunal. Par conséquent, la moisissure s’est également propagée dans le nouveau tribunal.

Deux membres du personnel sont entre-temps tombés malades, peut-être en raison de cette moisissure. "La qualité de l’air est affectée, c’est également néfaste pour la santé. Quand on reste pendant une longue période en contact avec la moisissure, cela peut avoir des conséquences négatives sur les voies respiratoires", indique Tony Heeren, président du Tribunal de première instance.

L’accès à deux locaux est interdit pour ceux qui n’ont pas de tenue de protection. C’est dans ces salles que sont stockés les dossiers contaminés. Ces dossiers, dont la longueur totale équivaut à 400 mètres, doivent être photocopiés. Le déroulement des auditions du tribunal peut être perturbé.

Nicolas Jadoul, résident de la division Tongres au tribunal de première instance du Limbourg, a réagi au Standaard : "Il s’agit du aspergillus versicolor, une moisissure présente dans la maison, le jardin et la cuisine que l’on peut aussi retrouver dans la nature. En raison du taux de concentration si élevé, le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale a recommandé de rassembler tous les dossiers potentiellement infectés dans les deux locaux et de les refermer par la suite".