Renforcement des contrôles à la frontière franco-belge

Il n’est pas question, pour l’instant, d’afflux de migrants à la frontière belge, à l’ouest du littoral, après le grave incendie de lundi qui a réduit le camp de migrants de Grande-Synthe, non loin de la frontière franco-belge, près de Dunkerque. Toutefois les contrôles restent renforcés.
Copyright: Sijmen Hendriks

"Nous n’avons remarqué aucune augmentation du nombre de migrants à la frontière", a déclaré le chef de corps de la zone de police de Westkust Nicholas Paelinck. "Les contrôles à la frontière sont maintenus, mais actuellement nous n’avons aucun élément nous indiquant que certains des résidents du camp tentent de passer par ici. Mercredi, nous avons arrêté environ 30 personnes mais ce n’était pas plus que d’habitude. Et parmi ces personnes certaines en étaient déjà à leur deuxième tentative. Les contrôles ont été renforcés dans les dunes de la région frontalière dans les environs de La Panne. L’an dernier, lorsque nous avons intensifié les contrôles, de nombreuses personnes avaient été arrêtées dans les dunes.

Depuis mardi, la vigilance policière a augmenté à la frontière. Des policiers à cheval sont présents et ils bénéficient de l’aide d’hélicoptères français et belges. Les contrôles ont aussi été renforcés au poste frontière sur l’autoroute E17.

Une grande partie du camp de migrants de Grande-Synthe, dans le nord de la France, a été détruite par incendie, dans la nuit de lundi à mardi. Près de 1.500 migrants ont dû être déplacés suite à cet incendie. Environ 500 à 600 personnes souvent des familles avec enfants ont été relogés dans des installations sportives près de Dunkerque, les autres sont dans la nature. La police estime ainsi que des migrants pourraient venir en Belgique pour tenter de rejoindre la Grande-Bretagne via La Panne et Zeebrugge.