Reynders inquiet du sort d'homosexuels en Tchétchénie

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) s'inquiète des informations faisant état de violences commises contre des hommes homosexuels en Tchétchénie. Si les faits devaient s'avérer, il faudrait ouvrir une enquête, a-t-il estimé mardi soir.

Plusieurs organisations internationales, dont Amnesty, ont rapporté le fait qu'au moins une centaine d'hommes homosexuels ont été enfermés dans un camp, en Tchétchénie, où ils font l'objet de violences visant notamment à leur faire dénoncer d'autres homosexuels. Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, dément l'existence de ces camps, et même la présence d'homosexuels en Tchétchénie.

"La Belgique souhaite rappeler que les droits de l'Homme sont universels et indivisibles", souligne le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué. "Si les faits rapportés se confirment, il est crucial qu'une enquête soit ouverte, que les auteurs identifiés soient poursuivis et que les victimes puissent bénéficier de justes réparations."

L'eurodéputé socialiste Marc Tarabella a quant à lui interpellé la Commission européenne, et plus particulièrement la Haute représentante de l'UE pour la politique étrangère Federica Mogherini, pour savoir quelles démarches l'UE allait entamer pour "pousser les autorités à faire cesser ces atrocités".