Deux Belges parmi les 100 citoyens les plus influents au monde

La traditionnelle liste annuelle des 100 personnalités les plus influentes au monde, établie par le magazine américain Time, comprend cette fois deux Belges. Le couturier limbourgeois Raf Simons (photo, à dr.), actuellement directeur de la création chez Calvin Klein, est considéré comme un "icône" par Time Magazine, tandis que l’astrophysicien liégeois Michaël Gillon (photo, à g.), découvreur d’exoplanètes, est qualifié de "pionnier" par la publication américaine. Les deux Belges figurent aux côtés de personnalités telles que le Russe Vladimir Poutine, les Américains Donald Trump ou Melinda Gates, ou le Colombien Juan Manuel Santos.

La dernière liste en date de Time Magazine comprend des leaders, des titans, des pionniers, des artistes ou des icônes. C’est au nombre de ces derniers qu’est compté le créateur de mode limbourgeois Raf Simons, en même temps que le footballeur Neymar et la gymnaste Simone Biles. Né à Neerpelt en 1968, Simons a suivi une formation d’architecte et est diplômé en design industriel. Mais il devint styliste en 1995, après avoir trouvé sa vocation en assistant à un défilé de Martin Margiela.

Son style est décrit comme minimaliste, architectural et épuré. Simons se laisse d’ailleurs inspirer par la musique et les arts pour ses créations. La jeunesse et la mode de rue l’inspirent aussi, tout comme la photographie. Après avoir créé sa propre marque "Raf by Raf Simons", le créateur limbourgeois était de 2005 à 2012 directeur artistique de la marque allemande Jill Sander.

En 2012, Simons succédait à John Galliano comme responsable de la haute couture pour la maison française Dior. Fin 2015, il annonçait son départ de chez Dior (photo ci-dessous). Près d’un an plus tard, le Belge devenait directeur de la création pour la maison américaine Calvin Klein.

AP2012

Découvreur d’exoplanètes liégeois

Le second Belge à être considéré par le Time Magazine comme l’une des personnalités les plus influentes au monde est l’astronome et astrophysicien liégeois de 43 ans Michaël Gillon, qui fut aussi engagé pendant 7 ans dans l’armée belge.

Codécouvreur de planètes hors du système solaire (exoplanètes) et des anneaux de (10199) Chariclo, il est chercheur à l’Institut d’astrophysique et de géophysique du département d’astrophysique, géophysique et océanographie de l’Université de Liège. En 2013, il était nommé membre de l’équipe scientifique de CHEOPS, un télescope spatial de petite taille développé conjointement par la Suisse et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre du programme spatial scientifique Cosmic Vision.

Le 22 février dernier, la NASA annonçait officiellement la découverte de sept exoplanètes (photo ci-dessous) par une équipe internationale d'astronomes, dirigée par Michaël Gillon. Ces exoplanètes, appelées TRAPPIST-1 b, c, d, e, f, g, h, ont été détectées au moyen du Spitzer Space Telescope et plusieurs observatoires terrestres dont le télescope TRAPPIST de l'Observatoire européen austral. Ces sept exoplanètes, situées à 39 années-lumière de notre soleil, gravitent autour de l'étoile naine TRAPPIST-1.