Manifestation bruxelloise contre la méfiance envers les experts

Quelque 250 scientifiques, chercheurs et défenseurs de la science se sont rassemblés samedi après-midi au centre de Bruxelles - place de l’Albertine - pour protester contre la méfiance ambiante exprimée envers les experts. La Marche pour la science (‘March for science’) a été initiée aux Etats-Unis à la suite de l’élection de Donald Trump et en ces temps de"fausses nouvelles" et "faits alternatifs".

Bien que la situation soit différente en Belgique et en Europe de celle qui prévaut aux Etats-Unis, les organisateurs de l'évènement n'en étaient pas moins convaincus que la science est mise sous pression et en doute. De plus, le phénomène porte atteinte à la bonne coopération entre chercheurs européens et américains.

"Avec cet évènement, nous voulons clairement dire aux autorités européennes et belges qu'elles doivent continuer à investir dans la recherche scientifique", a expliqué l'organisatrice Charlotte Thorley (photo) qui tablait samedi matin encore sur 1.000 à 2.000 participants.

La marche pour la science souligne également que la méthode scientifique fonctionne très bien. L'humanité n'a encore jamais eu une méthode qui apporte autant de réponses, selon les scientifiques qui estiment très alarmant de savoir que cette méthode est balayée de la table. La méfiance se traduit en outre par moins de moyens financiers pour la recherche, qui a inévitablement un coût.

"Les gens doivent être conscients des conséquences. On ne peut pas faire des économies sur la science et attendre que les technologies avancent aussi vite, que les recherches sur le cancer ou le climat s'améliorent, ou encore que votre véhicule roule mieux", a souligné la scientifique flamande Lieven Scheire.

Les actions ont commencé samedi en Nouvelle-Zélande et en Australie. En Europe ensuite, des marches avaient lieu dans 18 villes en Allemagne mais également au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Norvège, en Suisse et dans des pays tels que l'Inde, la Corée du Sud, le Japon, l'Argentine, le Brésil, le Canada ou encore l'Afrique du Sud. La principale caravane de protestation passait à proximité de la Maison Blanche à Washington.