"Macron est un des rares candidats ayant parlé de l’Union européenne"

Au lendemain du premier tour des élections présidentielles françaises, auxquelles ont pu participer également 82.000 Français installés en Belgique, le gouvernement belge se montre satisfait de l’arrivée en tête d’Emmanuel Macron (photo), dont le parti En Marche ! social-libéral est classé au centre de l’échiquier politique. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders voit en lui un partenaire pour un projet européen. Gerolf Annemans du Vlaams Belang estime, pour sa part, qu’il sera aussi difficile pour Marine Le Pen du Front National de remporter le second tour des présidentielles que pour Donald Trump de gagner les présidentielles américaines.
Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

Le Premier ministre Charles Michel (MR, photo) "félicite chaleureusement" Emmanuel Macron pour son arrivée en tête du scrutin du premier tour des présidentielles françaises. Les résultats officiels indiquent en effet que le fondateur du parti social-libéral En Marche ! a remporté 23,75% des suffrages, devançant ainsi la candidate du Front National d’extrême-droite Marine Le Pen, qui a obtenu 21,53% des voix.

"Chaleureuses félicitations et tous mes vœux de succès pour un projet européen, optimiste et tourné vers l’avenir !", s’écriait encore dimanche soir via Twitter le Premier ministre belge.

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR, photo), indiquait ce lundi matin sa préférence pour le candidat du mouvement En Marche! pour le second tour de l'élection présidentielle française, au lendemain du premier tour qui a vu l'ancien ministre de l'Économie arriver en tête devant Marine Le Pen. "Il n'y a aucune hésitation, c'est, dans ce cas-là, Emmanuel Macron."

"Il y a deux choses", a relevé Didier Reynders au micro de nos collègues de Bel RTL. D'une part, "faire battre Marine Le Pen" et, d'autre part, "relancer la construction européenne." Emmanuel Macron est "un des rares candidats qui a clairement parlé de l'Union européenne pendant la campagne. C'est une bonne chose que l'on puisse avoir à côté de soi des gens qui veulent vraiment discuter du projet européen, parce qu'il faut le reconstruire. Mais il faut rester dans l'Union européenne et continuer à partager un projet de paix en commun."

Selon le chef de la diplomatie belge, les conséquence pour l'Union européenne d'une élection de Marine Le Pen seraient "très dangereuses." "On est déjà dans le cadre du Brexit dans une situation compliquée (...), si on devait y ajouter un débat sur le maintien de l'un des pays clés de l'Union européenne, je crois que ce serait le début d'un processus de fin."

Guy Verhofstadt satisfait de Macron

L’ancien Premier ministre belge et actuel président du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE) au Parlement européen est satisfait qu’Emmanuel Macron "ait pris la direction" lors du premier tour des présidentielles. Il salue la tendance clairement pro-européenne du jeune candidat français.

Guy Verhofstadt (photo) estime que la victoire de Macron est "une énorme surprise" pour la politique française. Le fondateur d’En Marche ! place en effet la souveraineté européenne au-dessus de la souveraineté française, ce qui n’est pas une tendance naturelle pour les Français, constate le libéral flamand. Le candidat du centre propose un programme très détaillé pour l’Europe, qui ne prévoit pas "de donner encore davantage de pouvoir au Conseil".

Verhofstadt met en garde de ne pas crier trop tôt victoire. Il constate cependant que les partis pro-européens gagne en popularité. Et de citer les partis D66 et Groen-Links aux Pays-Bas, alors qu’en Allemagne le parti eurosceptique AFD "est en train de perdre des plumes". Verhofstadt estime en outre qu’en Grande-Bretagne le parti des Lib-Dems, opposé à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, est en train de remonter dans les sondages.

"Gagner sera aussi difficile pour Le Pen que pour Trump"

Le député européen Gerolf Annemans (photo ci-dessous à dr.), membre du parti flamand d’extrême-droite Vlaams Belang, fait partie du même groupe au Parlement européen que Marine Le Pen (photo ci-dessous) du Front National. D’après lui, "le duel entre Macron et Le Pen est le meilleur pour le débat politique".

Gerolf Annemans estime cependant qu’il sera tout aussi difficile pour Marine Le Pen de remporter le second tour des présidentielles qu’il ne l’a été pour Donald Trump de remporter les présidentielles aux Etats-Unis.

"L’unique point du programme d’Emmanuel Macron est : votez pour moi et contre Le Pen. Si Macron choisit de se laisser applaudir par tout le régime et se propose comme le candidat pour tous, alors le débat devient encore plus clair. Macron représente la perpétuation du régime que beaucoup de Français veulent changer à tous égards, tandis que Marine Le Pen représente le changement".

©Danny Gys / Reporters