"Les enfants doivent intervenir dans la facture de la maison de repos"

Le CD&V veut que les enfants assument l'obligation d'entretien de leurs parents dans le besoin si ceux-ci doivent aller en maison de repos du CPAS. Dans une proposition de loi déposée en mars dernier, les démocrates-chrétiens flamands demandent que tous les CPAS réclament au moins le remboursement d'une partie de l'argent auprès des enfants si le résident en maison de repos n'a pas assez de moyens pour payer lui-même son séjour.

Depuis 2004, le CPAS peut renoncer à demander ce soutien si bien que certains continuent à le faire, et d'autres pas.

Si l'on en croit la députée Nahima Lanjri (CD&V), interrogée mardi par De Tijd, son parti veut mettre fin à "cette discrimination". Selon elle, la plupart des enfants interviennent déjà spontanément dans la facture de la maison de repos.

Le parti démocrate-chrétien souhaite également qu'il n'y ait plus de distinction entre les mariés et les cohabitants légaux qui ne sont actuellement pas liés à un devoir d'entretien. Il veut encore que l'échelle de remboursement soit moins progressive. Les personnes qui ne disposent que d'un faible revenu doivent également apporter une contribution minimale. A l'opposé, il demande un plafond à l'intervention tenant compte du nombre de personnes mises dans l'obligation d'intervenir.

La proposition a fait bondir le député Joris Vandenbroucke (SP.A) pour qui le gouvernement aurait mieux à faire en veillant à ce que la facture de la maison de repos reste payable pour tous en fixant un plafond inférieur au revenu de tout un chacun.