Les Frères de la Charité en Belgique autorisent l’euthanasie

La décision de la section belge de la congrégation des Frères de la Charité d’autoriser l’euthanasie dans ses centres psychiatriques fait beaucoup de bruit à Rome. "Il ne s’agit pas d’un virage à 180 degrés mais la concrétisation de règles existantes" dit-on en Belgique, mais Rome regrette une "appréciation différence de nos valeurs fondamentales".
Wim BEDDEGENOODTS

La congrégation des Frères de la Charité en Belgique a récemment décidé d'autoriser l'euthanasie dans ses centres psychiatriques, même pour les personnes qui ne sont pas en phase terminale, rapporte l'hebdomadaire chrétien "Tertio" dans son édition de mercredi.

Les Frères de la Charité, une communauté internationale de Frères convers fondée en 1807, refusaient jusqu'ici de pratiquer l'euthanasie dans leurs établissements mais la communauté belge a décidé de briser le tabou, indique l'hebdomadaire.

La congrégation des Frères de la Charité gère surtout des centres psychiatriques en Belgique. Au total, 5.500 patients y séjournent. Jusqu’à aujourd’hui l’euthanasie n’y est pas pratiquée. Les patients qui en faisaient la demande étaient transférés vers une autre institution de soin. Mais les choses ont changé.

"Nous ne prenons pas un virage à 180 degrés. Ce n’est pas comme si nous avions été contre l’euthanasie et puis que tout d’un coup nous y sommes favorables" a déclaré, ce mardi, Raf De Rycke, président de la congrégation des Frères de la Charité en Belgique, lors de l’émission "De ochtend" (VRT). "C’est la concrétisation de directives existantes. En fait nous associons des critères supplémentaires pour rendre les deux pistes possibles pour nos patients : à la fois la possibilité de vivre et l’euthanasie".

En moyenne, 12 patients par an introduisent une demande d’euthanasie et Raf De Rycke souligne que chaque demande est examinée avec beaucoup d'attention.

"L’ euthanasie est à présent possible dans nos institutions, mais c’est pour nous la deuxième voie. Nous confrontons cette demande à des critères de soins supplémentaires, donc c'est en réalité un durcissement".

"La ligne entre Rome et les Frères de la Charité en Belgique a été perturbée"

A la question de savoir si l’attitude des Frères de la Charité belges ne va pas en opposition avec la trajectoire imposée par le Vatican, Raf De Rycke nuance. "Nous partons des mêmes valeurs fondamentales : le respect de la vie est un fondement important, mais pour nous il n’est pas absolu. Nous sommes donc sur une autre longueur d’onde que Rome".

Le conseil général des Frères de la Charité à Rome, dirigé par le Belge René Stockman, personne de confiance du pape François désapprouve cette nouvelle vision de la congrégation belge. "Nous déplorons cette nouvelle vision", a déclaré René Stockman ce matin dans "De ochtend". "Nous partageons les mêmes préoccupations, mais pour en arriver à une décision différente". Stockman est clair : "Pour nous le respect de la vie est absolu. La ligne entre Rome et les Frères de la Charité en Belgique a été perturbée", conclut-il.