La N-VA veut mettre fin à tous les cartels locaux avec le CD&V

Lors des élections communales de 2018, la plupart des cartels CD&V/N-VA restants vont disparaître, selon het Nieuwsblad. À Ypres aussi, la commune d’Yves Leterme, l’un des pères spirituels du cartel, les deux formations vont poursuivre leur chemin séparément.

"Si vous êtes en bonne position, présentez-vous seul", voilà le message de Joachim Pohlmann, le porte-parole de Bart De Wever, président de la N-VA. Déjà depuis les élections 2012, les responsables du parti nationaliste encouragent les sections locales à se présenter seules.

Selon le député Brecht Vermeulen (N-VA), se présenter seul force les sections locales à fournir un effort supplémentaire. "Elles doivent sortir de leur zone de confort et partir à la recherche de sang neuf pour constituer les listes. La plupart des cartels ont été fondés lorsque nous étions encore le petit frère du CD&V, mais ces temps sont révolus."

Ypres, un symbole

À Ypres aussi, le cartel arrive à son terme. C’est tout un symbole :  Ypres est la ville d’Yves Leterme (CD&V), qui fut le grand architecte de ce cartel créé en 2004 en collaboration avec Geert Bourgeois (N-VA). Depuis l’année dernière, Yves Leterme a décidé de se retirer de la vie politique locale.

Jan Vercammen, tête de liste de la N-VA de cette commune de Flandre occidentale, estime que cette décision a changé fortement la situation. "Lors des élections de 2012, c’était vraiment la période Leterme avec une forte influence de Leterme lui-même. Nous nous trouvons depuis dans une position plus forte".

Yves Leterme n’est pas surpris par cette rupture : "Je trouve que c’est dommage, mais ce n’est pas étonnant que le parti mette fin à la collaboration de manière un peu opportune à la suite de directives nationales."